"Pas de solution pour 1.330 travailleurs de Proximus et 15 Centers fermés" (syndicat CGSP)

©REUTERS

Le syndicat socialiste publie un document dans lequel il cite les chiffres de la restructuration de Proximus. Des chiffres jugés obsolètes par la direction. En attendant, la CGSP refuse toute négociation sans une déclaration écrite de la direction affirmant qu'il n'y aura pas de licenciements secs.

Toujours pas de fumée blanche chez Proximus , où syndicats et direction tentent d'accorder leur violon sur le plan de restructuration annoncé en janvier dernier. La réunion de ce mardi a permis d'entrer dans le vif du sujet. Et force est de constater que les avis divergent entre les deux rangs.

Le syndicat socialiste a donc publié une série de documents chiffrés. Sur son site www.1900jobs.org, la CGSP indique ainsi qu'il n'y a toujours aucune solution pour 1.333 équivalents temps plein. Le syndicat évoque notamment un service commercial particulièrement touché, tant en termes d'emplois qu'en termes de réduction des canaux physiques:

→ Le nombre de magasins va être réduit de 225 à 135, principalement au sein du réseau de partenaires.

→ Le réseau propre ne sera pas épargné. La direction a annoncé la fermeture de 15 Proximus Centers. Il est question de fermer les sites de:

• Tongres;
• Mol;
• Brasschaat,
• Heist-op-den-Berg;
• Beveren;
• Kapellen;
• Mortsel;
• Deinze;
• Lokeren;
• Gand-Sud;
• Furnes;
• Spa;
• Louvain-La-Neuve Charlemagne & Esplanade;
• Ville 2;
• Nivelles.

→ Au niveau des call centers, la CGSP évoque la fermeture du point de contact téléphonique bruxellois pour les facturations, ventes et administration (FOS) et des "mesures" pour les collaborateurs qui n'atteindraient pas les objectifs.

→ Une flexibilité accrue sera également demandée.

Des mesures de RH en plus 

Le syndicat socialiste a indiqué à l'issue de la réunion de mardi qu'il n'était pas encore question de négocier. "Pour avancer, nous souhaitons que Proximus indique par écrit qu'il n'y aura pas de licenciements secs. À partir de là, on pourra négocier. Mais pour le moment, ils refusent de l'indiquer clairement", explique Laurent Malengreau, délégué CGSP.

Pour la direction, les chiffres publiés par la CGSP sont obsolètes.

Selon Le Soir, le syndicat libéral, SLFP juge regrettable la publication de ces chiffres, mais se dit sur la même longueur d'onde concernant la volonté de réduire au maximum le nombre de licenciements secs. 

Pour la direction, les chiffres publiés par la CGSP sont obsolètes. Elle affirme par ailleurs que la proposition faite mardi par Stefaan De Clerck, président du conseil d'administration, était bel et bien une invitation à débuter les discussions. Outre le volet restructuration, il semble qu'elle ait intégré un volet "ressources humaines" avec, en vrac, le nombre d'employés nécessairement présents à l'ouverture et la fermeture des magasins ou le nombre minimum de samedi à prester.

Autre point ajouté, selon Le Soir, de nouveaux barèmes, de systèmes de congés et d'ancienneté pour les nouveaux entrants.

Lire également

Publicité
Publicité