Clap de fin pour le Rallye Boursier

De gauche à droite: Maxime Corteil, Stéphane Wuille, Maxime Lacrosse et Régis Martinage. ©Dieter Telemans

Après dix semaines de concours, le Rallye Boursier est clôturé. L’heure est donc au bilan pour nos participants vedettes. Notre journaliste Stéphane Wuille est en tête grâce à la bonne tenue de certaines biotechs.

La cloche de clôture a sonné. L’édition 2018-2019 de notre concours boursier s’est terminée ce vendredi 25 janvier après dix semaines de challenge. "Ce fut une édition contrastée avec un début de concours sous le signe de la déprime boursière et une deuxième partie plus dynamique avec la reprise des marchés. Cela a permis de mettre sa stratégie à l’épreuve dans un contexte ‘bearish’ et un autre ‘bullish’", résume Stéphane Wuille, journaliste à L’Echo et grand gagnant parmi nos quatre participants vedettes avec un rendement positif de 8,63%. Cerise sur le gâteau, il remplit au passage son objectif en se plaçant parmi les 500 premiers du classement général. Pour mémoire, les lauréats du concours seront annoncés le jeudi 7 février prochain.

"Il faut savoir laisser le temps aux actions sélectionnées pour qu’elles prennent leur envol."
Stéphane Wuille
Journaliste à L'Echo

Pour l’heure, nos quatre participants vedettes ont établi un premier bilan de leur prestation. Si Maxime Lacrosse – deuxième – juge sa performance "correcte" compte tenu de la volatilité sur les marchés financiers, Maxime Corteil – quatrième – se dit "mitigé". "Le début du concours fut assez bon mais comme beaucoup, j’ai souffert de la chute des marchés au mois de décembre. Mon erreur a été de ne pas couper certaines de mes pertes plus rapidement. Mais au final, j’ai pu sauver les meubles ou presque", explique-t-il, tout en reconnaissant rester sur sa faim. De son côté, Régis Martinage estime que l’on peut toujours mieux faire. "Mais rester dans le vert, avec un tel marché, pendant plus de 8 semaines sur 10, avec ma technique du ‘buy and hold’ me donne un certain soulagement."

Classement 

1.Stéphane Wuille: +8,63%

2.Maxime Lacrosse: +8,03%

3.Régis Martinage: +4,58%

4.Maxime Corteil: +2,93%

(Situation vendredi après la clôture en Europe)

Les biotechs, investissement clé

Stéphane Wuille, grand gagnant de cette dernière édition. ©Dieter Telemans

Le placement qui a fait la différence cette année – comme pour l’édition précédente d’ailleurs – est sans aucun doute celui dans le secteur des biotechs. "On n’a pas eu d’OPA (offre publique d’achat, NDLR) pendant le rallye cette année mais les investissements dans certaines biotechs belges se sont révélés payants comme avec Mithra (+19%), argenx (+10%) ou Galapagos (+10%)", souligne Stéphane Wuille. Mais comme il le relève, toutes les sociétés de biotechnologie n’ont pas eu le même parcours durant le concours. À l’image de Celyad – dont la chute a pesé sur la performance de notre journaliste – ou de MDxHealth – qui a pesé sur celle de Maxime Corteil.

Notons également l’évolution en dents de scie de Nyrstar qui, si elle s’est transformée en piège mortel pour certains, a permis à de nombreux participants de se démarquer dès la première semaine du Rallye Boursier. Régis Martinage souligne, lui, la résilience de Colruyt, qui, "contre toute attente, est restée dans le vert pendant les 10 semaines".

Les leçons à tirer

Que vous soyez déçu ou fier de votre performance, on rappellera que le but de ce concours était principalement de donner un avant-goût aux investisseurs débutants. "Il faut penser au risque avant la performance, prévient Maxime Lacrosse en guise de leçon à retenir. La gestion de risque est le plus important lorsqu’on gère un portefeuille."

Même si beaucoup jugent la durée du rallye trop brève, cela ne veut pas dire qu’il faut se précipiter dès le lancement du concours. "Il faut savoir laisser le temps aux actions sélectionnées pour qu’elles prennent leur envol", conseille Stéphane Wuille. Tout en n’oubliant pas de prendre ses bénéfices et/ou de couper ses pertes si besoin, comme le confirme Maxime Corteil. "Certaines fois, il est préférable d’encaisser ce que l’on a et de ne pas être trop gourmand." Vous voilà prévenus pour la prochaine édition.

Lire également

Publicité
Publicité