"Mon objectif? Terminer dans les 1.000 premiers"

©Dieter Telemans

Grâce à ses positions importantes dans les biotechs, Stéphane Wuille a grimpé en tête du classement parmi nos participants vedettes. Et espère maintenir l’allure jusqu’à la ligne d’arrivée.

Quelle remontada! Alors qu’il affichait encore une performance largement négative fin décembre, le portefeuille de Stéphane Wuille s’est senti pousser des ailes ces derniers jours. De -7,17% le 27 décembre, il s’est envolé à +7% le 9 janvier avant de réduire la voilure en fin de semaine (cf. le tableau ci-dessous), le propulsant parmi les 1.000 premiers du classement général pour le Rallye Boursier. Une remontée que notre journaliste attribue à la composition de son portefeuille virtuel. Sur les 9 actions détenues, 5 sont liées au secteur pharmaceutique et de la biotechnologie. Des actions qui sont "extrêmement sensibles, à la baisse comme à la hausse, au climat boursier général", explique-t-il. "Début janvier, le sentiment général est revenu à l’optimisme grâce à l’apaisement dans le conflit commercial entre la Chine et les Etats-Unis et à des propos rassurants tenus par le président de la Réserve fédérale sur les futures hausses de taux. Mon portefeuille était constitué pour être porté par un marché haussier. J’ai donc bien profité de ce retournement de tendance."

L’avis du coach Youri Huygen, analyste à L'Investisseur

La belle remontée des marchés d’actions depuis janvier aura permis aux divers portefeuilles de nos participants-vedettes de bien remonter la pente. C’est aussi le cas pour Stéphane, qui prend même provisoirement la première place du classement. Pendant la période de Noël, son portefeuille affichait encore un rendement négatif… Le moins qu’on puisse dire c’est que Stéphane se montre très actif depuis le début du Rallye Boursier, avec près de 30 opérations effectuées. De nombreuses transactions – qui ont un coût – et qui dans un portefeuille réel auraient ravi son courtier (en ligne). Cette semaine, Stéphane a même réalisé – en moins de trois heures – une opération de rachat et de vente de titres Curetis. Malheureusement, avec une légère perte… Son portefeuille belgo-belge est actuellement composé à plus de 50% de valeurs pharmaceutiques et biotechs. Il s’agit sans surprises de valeurs, au bêta élevé (= fort cycliques), qu’on retrouve également chez de nombreux participants. Des valeurs qui lors du précédent concours boursier avaient permis de dégager de beaux rendements, grâce notamment aux OPA lancées à l’époque sur Ablynx et TiGenix. Des opérations de rachat qui, on s’en souvient, avaient profité à l’ensemble du secteur biotechnologique avec un gain pour Mithra et Galapagos de respectivement 22% et 27% en l’espace d’à peine 10 semaines. Depuis le 19 novembre 2018, le gain des biotechs est bien moins impressionnant: -0,2% actuellement pour Galapagos et 13,2% pour Mithra. Ce dernier a certes fort bien rebondi depuis son plancher du 20 décembre dernier. D’autres biotechs comme Oxurion et Celyad affichent, elles, actuellement un rendement négatif de 9 et 12%. Une année n’est donc pas l’autre… Notons que le nombre de titres en portefeuille est assez limité. C’est une bonne tactique. Au moins, un éventuel net rebond d’une des valeurs en portefeuille aura un impact bien plus grand sur le rendement de son portefeuille.

Alors qu’il avait gelé ses achats depuis le 21 décembre et opté pour une position attentiste – influencée également par la trêve des confiseurs, précise-t-il –, notre participant vedette s’est montré beaucoup plus actif à partir 7 janvier. "Une fois la tendance haussière confirmée, il faut rechercher les valeurs qui offrent le plus gros potentiel de hausse à très court terme". Il a effectué pas moins de 15 opérations en quatre séances, achetant et revendant plusieurs titres. Ce qui représente la moitié des transactions qu’il a réalisées sur toute la durée du concours.

Notons que Stéphane Wuille en a profité pour se dégager totalement du secteur industriel. Adieu ArcelorMittal (avec une perte d’environ 200 euros), Aperam (perte similaire) et Umicore (gain d’environ 100 euros). Son choix pour les deux premiers est en lien avec l’espoir d’un éventuel accord commercial entre la Chine et les États-Unis. "Tant que les discussions étaient en cours, les deux actions ont progressé. Mais lorsque l’on a constaté que les deux parties ne s’étaient entendues que sur de grands principes généraux, le soufflé est retombé. J’ai donc vendu." Concernant Umicore, il misait sur un rebond de l’action avec le retour de l’optimisme. Mais la note négative d’un analyste a "cassé la dynamique" et l’a obligé à vendre sa position.

Miser gros sur certaines valeurs

Comme indiqué en introduction, le portefeuille de Stéphane Wuille est pour le moment – et ce, depuis le début du concours – constitué principalement de valeurs biotechs. Son placement le plus important est dans la société Galapagos  (pour environ 5.500 euros). "Vu la durée assez brève du concours, j’estime qu’il est plus judicieux de miser gros sur certaines valeurs plutôt que de répartir le risque", justifie-t-il. Outre argenx  , Mithra  et Genfit  , notre journaliste a également investi dans la Financière de Tubize  , l’actionnaire de référence d’UCB. "Comme la valeur de ce mono-holding souffre d’une décote par rapport à sa valeur comptable, c’est une façon de miser sur UCB en espérant un effet de levier".

Stéphane Wuille s’attend à une fin de concours "très chaude". S’il n’a pas de projet défini, il s’est par contre fixé un objectif. "J’aimerais terminer le concours dans les 1.000 premiers voire les 500 premiers après être descendu jusque dans le milieu du classement il y quelques semaines si ma mémoire est bonne. Pour cela, il va falloir rester au taquet et fondre sur la moindre opportunité tout en évitant les erreurs de jugement et une trop grande fébrilité. Mais au final, c’est Donald Trump qui aura le dernier mot, non?"

Lire également

Publicité
Publicité