"Mon plus grand regret? J'ai raté le train de Nyrstar"

©Dieter Telemans

Stéphane Wuille, l’un de nos quatre participants vedettes du Rallye Boursier, subit de plein fouet la baisse récente avec son portefeuille très exposé aux valeurs biotechnologiques belges.

Les marchés boursiers ne sont pas très favorables au portefeuille de notre participant vedette Stéphane Wuille, du moins pour l’instant. Au moment de rédiger ces lignes, jeudi, ce dernier est repassé en territoire négatif, après avoir pourtant gagné jusqu’à 3,8% lundi dernier, signe de la forte volatilité des places financières actuellement. Compte tenu de sa déconvenue récente, Stéphane, qui est journaliste financier à L’Echo, se classe aux environs de la 4.000e place sur les plus de 15.000 participants du Rallye Boursier.

→ Vous voulez vous inscrire à notre Rallye boursier? C'est par ici

L'avis du coach

On se souviendra que lors du précédent Rallye boursier, deux valeurs biotechnologiques (Ablynx et Tigenix) avaient fait l’objet d’une offre publique d’achat (OPA) à de belles conditions. Des opérations qui avaient permis à l’ensemble du secteur biotechnologique de bondir. Sans surprise, les gagnants du précédent Rally boursier étaient surtout investis dans ces valeurs-là. Cette année, de nombreux participants ont décidé d’appliquer la même stratégie et misent par conséquent pleinement sur ces valeurs, à l’instar de Stéphane Wuille. Une décision qui lui avait souri dans un premier temps. Mais il est clair que dans un marché baissier, ces valeurs à "béta élevé" corrigent bien plus. Il l’aura aussi appris à ses dépens en misant sur la très spéculative Nyrstar… une entreprise aux abois. Pour un tel achat, le timing est primordial. Une opération qui lui a coûté du rendement. Vendredi dernier, grâce au rebond des marchés (après trois séances consécutives plutôt houleuses), le portefeuille de Stéphane a malgré tout repris quelques couleurs et se retrouvait à nouveau en zone positive.

Je serai curieux de voir les prochaines opérations effectuées par Stéphane (il lui reste encore un tiers de cash). Il va sans dire qu’il a démarré la compétition avec un portefeuille pour le moins agressif… alors que sa dernière opération fut un achat en Solvay (une valeur à rendement se négociant sous sa valeur comptable). Stéphane serait-il devenu plus prudent? Maintenant, il est clair qu’au vu de l’actuel portefeuille, Stéphane continue à se montrer plutôt "bullish" et doit par conséquent espérer qu’au cours des prochaines semaines, le marché sera plutôt orienté à la hausse. Le portefeuille de Stéphane est d’ailleurs complètement différent de celui de Maxime Lacrosse, qui, lui, a résolument opté pour un portefeuille de type "bon père de famille". Notons que Maxime aura eu la brillante idée de se défaire de ses bpost à temps, alors que le coach pensait qu’il s’agissait d’une mauvaise idée. Bien vu, Maxime.

 

Au cours des deux premières semaines du concours, il a investi en grande partie dans des valeurs biotechnologiques cotées en Bourse de Bruxelles. Si bien que son portefeuille est surpondéré dans ce secteur qui concentre 60% de ses investissements à ce stade. "Mon ambition était de me démarquer en étant agressif, justifie-t-il. Pour l’instant, ça ne me réussit pas trop. Mais si j’ai choisi de miser sur les biotechs, c’est parce que c’est là qu’il faut être si on veut faire la différence en termes de volatilité. Mais quand les marchés baissent, les valeurs biotechnologiques sont les premières à trinquer…"

Dès le début du Rallye Boursier, Stéphane Wuille avait tenté un coup: il avait acheté pour 3.000 euros d’actions Nyrstar  . Le lundi précédent, le titre du spécialiste du zinc avait chuté lourdement puis, à la faveur d’informations sur une intervention de son principal actionnaire Trafigura, il avait récupéré toute sa perte le vendredi. Espérant une poursuite de ce rebond, Stéphane a donc placé des actions Nyrstar dans son portefeuille le lundi suivant, premier jour du Rallye. ça semblait bien parti puisque l’action a gagné jusqu’à 13% en matinée. "Malheureusement, dans la journée, un broker a publié une note pessimiste assortie d’une recommandation de vendre, ce qui a provoqué un retournement en Bourse. J’ai choisi de prendre ma perte directement, ce qui m’a permis d’éviter la catastrophe (l’action a fini la séance sur une chute de 42%, NDLR)." Mais le temps d’exécuter l’ordre de vente, Stéphane a tout de même perdu plus de 20% sur cet investissement, d’où une moins-value de plus de 700 euros pour son portefeuille. Impitoyable loi du marché. "Mon plus grand regret de ce début de Rallye Boursier reste d’avoir raté ce train de Nyrstar", regrette-t-il.

→ Vous souhaitez rejoindre notre groupe de discussion des investisseurs? C'est ici

Quelques bons coups

Mais il y a aussi du positif dans ses transactions. Il a notamment misé sur argenx   en début de concours, un investissement qui a pris 9% depuis. "Ce n’était pas un hasard, explique-t-il. Début décembre, la société devait dévoiler des résultats complémentaires d’un essai clinique lors d’un important congrès aux Etats-Unis. C’est d’ailleurs à cette occasion qu’argenx a annoncé un important partenariat avec Janssen Pharmaceutical." D’où un bond de 12% du titre ce jour-là. Stéphane Wuille avait aussi acheté des actions Celyad   pour la même raison, dans l’attente de résultats de tests cliniques concluants. "Mais ces données ont été mal accueillies, concède-t-il. Avec argenx et Celyad, j’avais fait un pari et il a fonctionné pour l’une mais pas pour l’autre…"

De la même manière, il a misé sur Aperam   dans l’espoir d’un apaisement des tensions commerciales et sur Econocom   en supposant que le retour du père Bouchard à la barre rendrait du tonus à l’action, qui pourrait aussi faire l’objet d’une OPA, selon un analyste. Tout cela ne se vérifie pas à ce stade et ces titres pèsent sur le portefeuille. Mais Stéphane, qui garde plus de 30% en cash "parce que le marché est très volatil et qu’il vaut mieux attendre et observer", n’hésite pas à saisir une opportunité. Jeudi, il a acquis pour 4.800 euros d’actions Solvay  . "Elles étaient en baisse de 4%, ce qui ramenait le cours vraiment très très bas", justifie-t-il. Rendez-vous dans quelques semaines pour savoir si ce coup-ci aura été gagnant…

Lire également

Publicité
Publicité