La BNB approuvée à l'unanimité, sans la FGTB...

La BNB doit refonder son Conseil de régence d'ici mai.

Le rapport de la Banque nationale a été approuvé à l'unanimité. Mais, cette année, la FGTB ne devait pas voter.

Le Conseil de régence de la Banque nationale a été unanime cette année. L’an dernier, les deux syndicats, CSC et FGTB, n'avaient pas souscrit au rapport de la BNB. Petite subtilité cette année: le syndicat FGTB n’est plus représenté au sein du Conseil de régence depuis la fin du mandat de son représentant, Robert Vertenueil, en mai dernier. La FGTB n’a donc pas dû approuver le rapport cette année. Cela a peut-être simplifié les débats au sein du Conseil...

En attendant les femmes

En réalité, le Conseil de régence est toujours en attente d’une vaste recomposition. Le nouveau cadre légal prévoit qu'en mai 2020, ce conseil soit constitué d'au moins un tiers de femmes.

Jusqu'à l'an dernier, il y avait 10 régents et 10 censeurs à la BNB. Aujourd'hui, les régents ne sont plus que 7 depuis le non-renouvellement des mandats en mai dernier de Robert Vertenueil, Cédric Frère (Groupe Frère) et Edwin De Boeck (service d'études de la N-VA).

Six femmes doivent être nommées au Conseil de régence pour respecter la règle du tiers de femmes présentes.

La réforme prévoit que le Collège des censeurs soit supprimé et ses compétences d'audit rapatriées au sein du Conseil de régence, lequel doit passer à 14 membres (hors les 6 membres du comité de direction). Il n'y a qu'une femme pour l'instant au sein du Conseil, il s'agit de Fabienne Bister. Six doivent donc être nommées d'ici mai pour respecter le nouveau cadre légal. C'est par ailleurs une femme qui devra présider le Conseil de régence.

Reste à voir si un gouvernement en affaires courantes peut procéder à de telles nominations. Diverses sources indiquent que cela ne devrait pas poser un problème insurmontable. 

Lire également

Publicité
Publicité