La famille Verbist (ex-Veviba) se retire du secteur de la viande à Bastogne

©Patrick Hattori

Après le scandale alimentaire, il y a un an, le parquet a accepté la réorganisation judiciaire contre le retrait de la famille.

Du passé faire table rase. À Bastogne, les journées de Christian Kerkhofs, l’administrateur-délégué de Qualibeef (nouveau nom de Veviba) se suivent et se ressemblent. L’ancien manager de crise nommé par la Sogepa, propulsé entre-temps à la tête de Qualibeef n’en finit plus de lutter pour sauver l’abattoir au cœur d’un scandale alimentaire il y a un an.

Belfius attaque Colruyt

Les aléas de la Justice. C’est par le biais de Belfius Commercial Finance (BCF) que le scandale Veviba rebondit devant le tribunal de l’entreprise francophone de Bruxelles. Voici ce qu’il s’est passé. AMB (Abattoir et Marché de Bastogne) avait confié son factoring à BCF. Le scandale Veviba a mis toute cette belle mécanique à terre et Colruyt a cessé de payer ses factures à AMB. Belfius a négocié et une partie des factures a été payée, mais pas la totalité. Une fois que les négociations ont échoué, l’action en justice a été lancée, raison pour laquelle BCF a décidé d’attaquer Colruyt et Vlevico (le département traitement de viande de Colruyt). Le distributeur, comme souvent, a mis AMB à la cause. "Il est normal pour une société de factoring de préserver ses droits pour des factures impayées après qu’une solution négociée avec Colruyt n’a donné aucun résultat", nous a précisé la porte-parole de Belfius. Contacté, Colruyt n’a pas souhaité réagir par rapport à une procédure judiciaire en cours.

 

À la mi-février, nous annoncions que Qualibeef et sa filiale Abattoir et Marché de Bastogne (AMB) avaient dû recourir à la procédure de réorganisation judiciaire (PRJ) pour se mettre à l’abri de ses créanciers. Il nous revient que certains d’entre eux poussaient au portillon pour que Qualibeef soit déclaré en faillite. Le parquet de Neufchâteau lui-même n’était pas du tout favorable à l’idée d’accepter la PRJ de Qualibeef, raison pour laquelle il avait émis un avis favorable. Une fois encore, l’administrateur-délégué de Qualibeef a pris son bâton de pèlerin pour négocier avec le parquet.

Ce dernier a, in fine, accepté d’accorder la PRJ pour un délai de trois mois à deux conditions qui ont été remplies. Un mandataire de justice a été désigné, c’est lui qui aura le contrôle sur les opérations le temps de la PRJ. Enfin, et c’était un élément clé pour rassurer les clients et les inciter à retravailler avec Qualibeef, il fallait que la famille Verbist accepte de faire un pas de côté. C’est chose faite.

Après une longue négociation entre les avocats des différentes parties, la famille Verbist, qui renonçait à céder Veviba, a accepté de se retirer de tout le volet opérationnel/commercial du secteur viande à Bastogne pendant dix ans. "Ils peuvent garder leurs fermes et leurs biens immobiliers", a précisé Christian Kekhofs, le CEO de Qualibeef.

"Ils peuvent garder leurs fermes et leurs biens immobiliers."
CEO de Qualibeef
Christian Kekhofs

Roche4Meat vendu

Pour assurer la relance de Qyalibeef et d’AMB, il faudra dégager de l’argent frais. Il y a quelques semaines, nous apprenions que la famille Verbist avait accepté de vendre l’abattoir Lancier de Rochefort, connu aujourd’hui sous le nom de Roche4Meat. C’est chose faite et le repreneur n’est autre que Johan Castelijn, le CEO d’Euromeat Group, un acteur très connu dans le secteur de la viande, déjà actif à Mouscron et à Liège. Roche4Meat s’étale sur plus de 6.000 mètres carrés à Rochefort, réalise un chiffre d’affaires annuel de 35 millions d’euros et emploie environ 70 personnes.

On le voit, l’avenir commence doucement à se dégager pour Qualibeef un an après le scandale Veviba. L’abattoir a récupéré ses agréments, un nouveau conseil d’administration a été mis en place, un mandataire de justice (Olivier Servais) a été désigné et des fonds ont été dégagés par la vente de Roche4Meat.

Reste encore une bataille à mener et ce ne sera pas la plus facile: récupérer des clients et notamment la grande distribution. Des pourparlers sont en cours avec les uns et les autres, mais il nous revient que le (long) pas de côté des Verbist devrait faciliter les discussions. Alors qu’il espère obtenir une prolongation de la réorganisation judiciaire de Qualibeef et d’AMB, Christian Kerkhofs espère relancer l’outil dans les semaines à venir.

Christian Kekhofs

Lire également

Publicité
Publicité