Pour éviter l'Afsca, les entreprises alimentaires passent par des laboratoires étrangers

©BELGA

Envoyer ses échantillons vers des laboratoires étrangers. C'est une pratique de plus en plus récurrente de la part des entreprises alimentaires. "En cas de problème mineur, elles peuvent plus facilement le passer sous silence".

Dans les colonnes des journaux De Morgen et Het Laatste Nieuws, un laborant affirme que les entreprises alimentaires ont de plus en plus souvent recours à des laboratoires étrangers pour l'analyse de leurs échantillons"De cette manière, elles peuvent plus facilement passer les problèmes mineurs sous silence".

La législation européenne impose qu'en cas de suspicions sur la qualité des denrées alimentaires, les producteurs en informent l'Afsca (Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire) dans les 48 heures. Chez nous, les laboratoires sont tenus à cette même obligation.

"Par conséquent, certaines entreprises alimentaires envoient leurs échantillons à des laboratoires étrangers", explique un laborant, dans le but de passer plus facilement sous silence un problème mineur. Une pratique de plus en plus répandue, selon plusieurs laborants: "Les exploitants de poules qui ont relancé leur activité après la crise du fipronil font presque tous analyser leurs échantillons en Allemagne."

L'Afsca, elle, nuance les propos. "Même si des entreprises belges envoient leurs échantillons à l'étranger et que des problèmes y sont constatés, elles sont tenues d'en informer l'Afsca", explique la porte-parole Katrien Stragier. "Celles qui ne le font pas risquent des poursuites."

Pour la fédération de l'industrie alimentaire belge (Fevia), il n'y a pas de problème au fait que des entreprises alimentaires belges recourent à des laboratoires étrangers pour l'analyse de leurs échantillons. "Tant que les entreprises respectent leur obligation d'informer, la sécurité alimentaire est garantie", affirme le porte-parole de la fédération, Nicholas Courant.

La Fevia explique aussi qu'il y a parfois de bonnes raisons de passer par des laboratoires étrangers. Par exemple en cas de surcharge de nos laboratoires (c'était le cas lors de la crise du fipronil) ou encore lorsque l'entreprise est active dans plusieurs pays ou a un contrat avec un laboratoire spécifique.

Viande retrouvée dans une camionnette immatriculée en Roumanie 

C'est ce lundi matin que l'Afsca (Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire) va réaliser un inventaire détaillé pour déterminer si la cargaison de viande retrouvée dimanche dans une camionnette immatriculée en Roumanie était destinée à un trafic ou non. 

Dimanche, une camionnette immatriculée en Roumanie était interceptée par une patrouille de la police des autoroutes d'Awans. Dedans: 800 kg d'aliments, qui vont être détruits, a précisé l'Afsca. Il s'agit de denrées alimentaires comme la viande, des produits de viande (saucissons, jambons, etc.), oeufs et produits laitiers.

"Tout était emballé dans des petits colis avec pour chaque colis un numéro de téléphone et un nom. Ces colis contenaient de tout: un peu de viande, des produits laitiers, des petits vêtements, des bijoux de fantaisie...", a expliqué une porte-parole de l'Afsca.

La camionnette se rendait en Grande-Bretagne: "S'il y a constat de fraude, les autorités britanniques seront avisées." 


Lire également

Publicité
Publicité