Publicité
Publicité

Mitsubishi Colt, le pragmatisme à la japonaise

©doc

Difficile de résumer en quelques mots les soubresauts d’un patronyme qui, au final, aura recouvert une large palette de modèles très différents et aura connu une carrière en dents de scie.

Contrairement à d’autres marques qui tendent à agrandir et à alourdir leurs modèles successifs, Mitsubishi aura toujours décliné son modèle Colt dans la gamme des petites compactes.

Lancée en 1962 au Japon, la Mitsubishi Colt est au départ une citadine deux portes, suivie trois ans plus tard de variantes à quatre et cinq portes.

Publicité

C’est à partir de la deuxième génération que la marque au diamant s’ouvre aux marchés européen et américain. A la première version, une berline à propulsion qui se pose en Coccinelle nippone, succède en 1978 une berline compacte à traction avant appelée à concurrencer la VW Golf.

Appelée Mirage au Japon, la Colt se taille très vite une réputation flatteuse pour son côté pratique et sa robustesse. La gent féminine est séduite. D’aucuns se rappellent les voitures dorées de Madame aux fauteuils parés de housses à fleurs, aussi à l’aise en ville que sur les routes de campagne.

Petite mais spacieuse pour les passagers en tout cas , la Colt est surtout sobre. Mitsubishi ira même jusqu’à proposer une version dotée d’une boîte de vitesses à quatre rapports "dédoublés" offrant la possibilité de rouler en mode "normal" ou en mode économique, avec un étagement plus long des rapports.

La troisième génération voit apparaître une version à quatre portes et un break. Les modèles suivants s’inscriront dans l’air du temps en s’arrondissant, contraintes aérodynamiques obligent.

Après un creux au passage du millénaire, Mitsubishi, qui a repris à Volvo l’usine néerlandaise de Born, relance la Colt en 2004 en présentant un nouveau modèle positionné entre voiture compacte et petit monospace. Conçue par le designer français Olivier Boulay, c’est la première Mitsubishi conçue au sein de l'alliance unissant le constructeur japonais à DaimlerChrysler. Le partage de composants essentiels dont un moteur diesel - avec la Smart Forfour permet de substantielles économies.

Le partenariat s’achève en 2008 et Mitsubishi abandonne son usine de Born l’année suivante. Le dernier modèle en date a abandonné le look de petit monospace pour en revenir à une ligne plus agressive.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Messages sponsorisés
Tijd Connect
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.
Partnercontent
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.