Vous êtes employé, comment surmonter cette période de Covid?

Seul chez soi, avec une activité professionnelle parfois ralentie, le travailleur est porté à la réflexion et la remise en question. ©Julie Joseph

Nous sommes tous affectés par le Covid jusque dans le travail. Isabelle Stichelmans, coach au sein du Réseau Burn Out, livre ses conseils pour faire face.

Le télétravail survivra au Covid. C'est pourquoi les employés doivent se pencher sur leur organisation personnelle pour garantir leur équilibre mental. "On n’a plus de discussions informelles, on ne sait plus se décharger en allant prendre un café avec ses collègues", dit Isabelle Stichelmans, coach au sein du Réseau Burn Out. "On est toujours seul, confronté à ses problèmes. Par ailleurs, il n’y a plus ce moment de transfert que permettaient les trajets en voiture ou en métro, ce sas entre la vie professionnelle et familiale."

Prenez quelques minutes pour faire le point

Pas de besoin de créer un compte, il suffit d'entrer un mot de passe et de le confirmer pour accéder au questionnaire. Sachez que toutes les réponses sont anonymisées et qu'elles ne font l’objet d’aucune exploitation commerciale.

Du coup, il faut se recréer de nouveaux rituels pour arriver à prendre de la distance face à ce qui se vit, et éviter les symptômes témoignant du stress et du mal-être: problèmes de concentration, de mémoire, mais aussi problèmes physiques d’articulations, des yeux, des jambes lourdes. "Installer un tapis de yoga et en faire avant de commencer à travailler ou sur le temps de midi, faire des exercices de respiration entre deux réunions, sortir et aller marcher, écouter son corps. Revenir à des choses essentielles qui sont simplement respirer", conseille la coach.

Remise en question

Seul chez soi, avec une activité professionnelle parfois ralentie, le travailleur est porté à la réflexion et la remise en question. Les valeurs sont remises sur la table, qu’elles soient professionnelles ou familiales. "Continue-t-on à travailler de cette manière-là, est-ce que cela a du sens de travailler sur un coin de table, est ce que j’ai encore ma place dans ce nouveau cadre?" Face à ces questions, Isabelle Stichelmans conseille de trouver d’autres formes d’investissement personnel que le travail, ce qui est d’ailleurs facilité par la nouvelle organisation née du télétravail: "Se rendre compte qu’on a d’autres talents que professionnels: jardinage, cuisine… et que l’on peut aussi se sentir valorisé comme cela."

"Il faut oser se poser la question: qu’est ce que j’ai envie de faire de ma vie aujourd’hui, quelle est ma mission, comment faire une opportunité de ce que je vis?"
Isabelle Stichelmans
Coach au Réseau Burn Out

Chez certains, le questionnement est plus profond et va jusqu’à une remise en question globale. "Si l’on est en perte de sens dans son travail, il faut oser se poser la question: qu’est-ce que j’ai envie de faire de ma vie aujourd’hui, quelle est ma mission, comment faire une opportunité de ce que je vis?"

Et la réorientation?

Reste que le timing pour un éventuel changement professionnel n’est pas idéal, car tout changement demande de l’énergie. "Beaucoup mordent sur leur chique, car ils ont besoins de revenus, et donc la réponse est: ‘Je ne change pas, je reste là où je suis.’ Mais repositionner ses valeurs, on peut aussi le faire sans changer d’employeur." La coach cite en exemple une infirmière en maison de repos qui ne supportait plus, psychologiquement, le contact avec les personnes âgées. "Elle est restée au même endroit, mais en passant du côté administratif."

Le tout, c’est d’analyser quels sont les talents et l’expertise dont on dispose, et se réorienter vers quelque chose de plus cohérent par rapport à qui on est, ce qu’on est et ce qu’on vit, en lien avec nos besoins. Mais la coach l’admet, ce n’est pas possible partout: "À certains endroits, dans certaines entreprises, on est dans la survie en raison de la crise."

Que faire alors pour tenir malgré tout? "Ne pas s’empêcher de réfléchir", dit Isabelle Stichelmans. "On peut se poser les bonnes questions, identifier ce qui ne convient plus, tout en continuant de nourrir sa famille. C’est cela aussi la prévention, ne pas attendre d’être au plus mal pour se poser les bonnes questions, sans nécessairement tout envoyer à la gare. Faire le bilan, idéalement tous les 6 mois, cela permet aussi de relâcher certaines choses, et retrouver son pouvoir d’agir sans subir la situation: vérifier quels sont ses besoins, si sa fonction, son rôle, ses tâches sont bien définis et clairs, oser mettre ses limites, demander un cadre, et se repositionner ou redéfinir sa fonction si besoin. Et d’autant plus quand quelque chose de différent survient, comme une fusion d’entreprise, ou aujourd’hui le Covid."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité