Publicité

Les incontournables du week-end

©Hans Lucas via AFP

Les loyers à Bruxelles, les difficultés des petits commerces, des agriculteurs ou des stations de ski, la frénésie pour l'IA sur les marchés et une dose d'optimisme face à la crise climatique: voilà quelques ingrédients de votre édition week-end. Bonne lecture!

Les loyers ont bondi de près de 9% l'année dernière en Région bruxelloise. À qui la faute? Les propriétaires ont-ils perdu le sens des réalités? Le marché est-il phagocyté par les locations Airbnb? Y a-t-il tout simplement trop de demandes et pas assez d'offres? Ou les investisseurs sont-ils découragés par des mesures politiques restrictives? Bref, pourquoi les loyers bruxellois sont-ils si chers?

Pendant ce temps, plusieurs juges de paix n'appliquent pas le nouveau moratoire hivernal, estimant qu'il constitue une restriction excessive au droit des propriétaires bailleurs.

La galère des petits commerces

Près d'une PME sur quatre est en difficulté. Les petits commerces ne font pas exception, qu'ils soient libraires, boulangers ou gérants d'autres petites entreprises. Quels secteurs sont les plus touchés? Comment l'expliquer? Pourquoi certains semblent s'en sortir tandis que d'autres boivent le bouillon? Nous avons donné la parole aux principaux intéressés. "Si c'était à refaire, je ne suis pas certain que je me lancerais", témoigne l'un de deux. Notre reportage.

©ANTONIN WEBER / HANS LUCAS

À propos de difficultés, celles des agriculteurs ont été au cœur de l'actualité récente. Leur colère a de multiples causes. Dont l'impression d'être les dindons de la farce lorsqu'il s'agit des prix et des marges. Est-ce le cas? Une étude de l'Observatoire des prix tempère. Le constat apparaît bien moins morose que ce que les principaux concernés avancent: les revenus des agriculteurs wallons sont même au plus haut depuis 2004!

Une autre critique récurrente des agriculteurs est que l'achat de terres est devenu impayable. En 20 ans, le nombre d'exploitations agricoles détenues par des entreprises a plus que doublé en Wallonie. Ciblé par les agriculteurs, Colruyt se défend en se posant en partenaire.

La crise climatique peut être résolue

Inondations, sécheresses, records de températures... Les agriculteurs connaissent bien les aléas de la météo. Mais le changement climatique est d'ores et déjà une réalité pour chacun d'entre nous, avec son lot de catastrophes. Et les perspectives sont loin d'être réjouissantes. Faut-il pour autant tomber dans la sinistrose et l'éco-anxiété? Pas forcément. Hannah Ritchie, experte en analyse de données, est l’une des rares scientifiques à porter un message d’espoir, bien argumenté, quant aux chances de succès de la lutte contre le réchauffement climatique. "Nous progressons dans de nombreux domaines. Nous devons simplement avancer plus vite. Et nous le pouvons."

Hannah Ritchie. ©Nina Schollaardt

Aux premières loges des conséquences du changement climatique, les stations de ski, parfois privées de neige, souffrent. En France, la Cour des Comptes a alerté cette semaine sur un modèle économique "à bout de souffle". Les sports d'hiver sont-ils sur une pente glissante?

Le changement climatique est également une opportunité de développer certains business. En 10 ans, la start-up gantoise EnergyVision est devenue incontournable dans les marchés des panneaux solaires et des bornes de recharge. Ancien journaliste sportif, son fondateur et CEO, Maarten Michielssens, revient sur cette aventure improbable, portée par un modèle novateur, la Chine, quelques politiciens et Marc Coucke. "Dès cette année, nous deviendrons un fournisseur complet d'électricité verte", assure-t-il.

Au chapitre énergie toujours: les habitudes des Belges changent. Alors qu'avant la crise énergétique, les contrats fixes avaient la cote, aujourd'hui les contrats variables les surpassent. Pourquoi? Quel est le meilleur choix? Quel est l'intérêt des fournisseurs?

Enfin, Frank Hardeman, le patron de l'AFCN (l’autorité de sûreté nucléaire), estime que "prolonger d'autres réacteurs que Doel 4 et Tihange 3 n'est pas réaliste".

Les marchés sont-ils déconnectés de la réalité?

Le S&P 500 des plus grosses capitalisations boursières cotées aux États-Unis s'est installé au-dessus des 5.000 points. Mais où et quand s’arrêteront les "Magnificent Seven" (Alphabet, Amazon, Apple, Meta, Microsoft, Nvidia et Tesla), ces géants qui tirent l’ensemble de la cote à des niveaux stratosphériques? Pour les valeurs technologiques qui profitent de la frénésie autour de l’intelligence artificielle, la lune de miel avec les investisseurs pourrait toucher à sa fin. "2024 est une année clé pour l’IA, dont les applications concrètes devront être au rendez-vous."

©Filip Ysenbaert

Difficile d'y échapper: la Saint-Valentin, c'est dans quelques jours. Pour les personnes en couple, choisir de se marier ou d'être cohabitants légaux n'a rien d'anodin. Les différences entre les deux statuts sont notables.

Pour terminer, direction Paris. Invader organise dans la capitale une immense rétrospective de ses mosaïques. Rencontre avec celui qui est passé de rebelle nocturne à chouchou de l’élite française.

Comment l’intelligence artificielle va nous dévoiler de nouvelles pages de l’Antiquité

©Vesuvius Challenge/Cover Images

La NCAA, l'antichambre du sport pro américain qui génère des milliards

©Getty Images via AFP
Publicité