1 million par an pour entretenir le parc de Laeken... qui est fermé au public

©BELGA

Un consortium de journalistes flamands (De Tijd, Knack, Apache et VRT NWS) a analysé en profondeur le patrimoine de la "Donation royale" constitué de plus de 7.500 hectares d’immobilier royal. Et il se demande pourquoi le parc de Laeken reste fermé au public.

Pour la première fois en 90 ans, un consortium de journalistes a levé le voile sur la facture de la Donation royale. Il s'est intéressé au parc de Laeken et révèle que l'État dépense chaque année un million d'euros pour entretenir le domaine, qui, rappelons-le, reste fermé pratiquement toute l'année au public. 

©Photo News

D'une note interne des autorités relayée par le consortium formé par des journalistes de la VRT, du Tijd, de Knack et d'Apache, il ressort que la Donation royale a la possibilité d'ouvrir le parc de Laeken au grand public, même si ses grilles restent actuellement closes. Poumon vert de la capitale avec quelque 180 hectares de verdure, le parc royal de Laeken n'est ouvert au public que trois semaines par an, au printemps. Cette brève ouverture permet au public d'admirer les serres du domaine. Coût d'entrée: 2,50 euros par visiteur. 

Il s'avère que le parc est pourtant la propriété de l'État à 49% et de la Donation royale à 51% et est censé être une "institution publique indépendante", qui n'appartient donc pas à la famille royale, à l'image du château de Laeken où résident le roi Philippe et sa famille.

Accessible au grand public? 

de quoi parle-t-on?

Vous trouverez un aperçu de toutes les propriétés faisant partie du patrimoine de la Donation royale sur www.koningshuizen.be.

Début novembre, le ministre de la Justice Koen Geens (CD&V), en charge de la Régie des Bâtiments, a porté à l'attention du Parlement et des journalistes une note interne de la Régie remontant à 2017. Cette note indique que le domaine de Laeken peut effectivement être accessible au grand public, mais uniquement si la Donation royale y consent.

Selon la note établie par le service juridique de la Régie des Bâtiments, la Donation royale doit évaluer s'il est dans l'intérêt de la conservation de la nature d'ouvrir le parc. Il suffit que la Donation conclue un accord à ce sujet avec la Régie, qui est déjà le gestionnaire de la partie qui appartient à l'État. 

L'intimité de la famille royale

La question est sensible. Il s'agit du dernier endroit où la famille royale jouit d'une totale intimité, rappellent plusieurs sources internes. "Il y a en outre un grand parc juste en face", soulignent ces dernières. Il y a 120 ans, le roi Léopold II précisait dans les conditions de sa donation que le terrain devait "contribuer à la santé publique dans une région densément peuplée". 

Vers une commission d'enquête parlementaire?

Le groupe N-VA à la Chambre a appelé ce mercredi à la mise sur pied d'une commission d'enquête parlementaire sur ce dossier de Donation royale. 

"Cela fait longtemps que nous observons l'enchevêtrement que constitue la Donation royale, liée notamment à la Régie des bâtiments", souligne le député nationaliste Peter Buysrogge. "En tant que parlement, nous devons disposer d'une analyse en profondeur de la destination des moyens financiers. Nulle part ailleurs une telle mauvaise gestion ne serait acceptée".

Le député libéral flamand Vincent Van Quickenborne juge lui aussi qu'une commission d'enquête serait utile. Le Vlaams Belang a lui sauté sur l'occasion pour réclamer à nouveau l'abolition de la royauté. "Investissons plutôt cet argent dans nos gens", ont-ils répondu.

La Cour des comptes n'a jamais émis d'observation à propos des comptes de la Donation royale, a fait remarquer, de son côté, le ministre des Finances, Alexander De Croo, interrogé jeudi en séance plénière de la Chambre sur les révélations parues dans la presse flamande. 

"Les comptes sont transparents", a assuré le ministre. Chaque année, la Cour des comptes contrôle la Donation royale et donne systématiquement un "clean sheet" (feuille blanche) à l'institution. 

 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect