reportage

300 millions en 5 ans pour rénover les égouts bruxellois

©Saskia Vanderstichele

En 2019, le budget consacré par Vivaqua à la réfection des égouts bruxellois, tant pour les chantiers planifiés que pour les interventions d’urgence, tourne autour de 60 millions d’euros. Le taux de renouvellement va s’accroître dans les prochaines années, faisant grimper l’enveloppe jusqu’à 70 millions en 2024. Vivaqua va donc consacrer plus de 300 millions d’euros sur cinq ans pour réhabiliter le réseau d’égouts.

La console de commande jaune tenue par l’ouvrier de Vivaqua éveille le souvenir des manettes d’engins téléguidés pour enfants. Sauf qu’en jouant des pouces, l’ouvrier ne dirige pas une voiture, mais une sorte d’appareil photo géant baptisé Hydrozoom. L’intercommunale bruxelloise des eaux possède deux appareils de ce type. Munis d’ampoules LED et d’un zoom très puissant permettant un grossissement jusqu’à 30 fois, ces boîtiers résistants à l’eau et aux agressions chimiques permettent de vérifier l’état des égouts sans devoir y envoyer des agents.

Les robots qui cartographient les égouts bruxellois

"Avec cela, on part à la chasse aux horreurs. L’objectif est de repérer les gros défauts, pas de rentrer dans les moindres détails", commente Olivier Broers, directeur études et investissements chez Vivaqua. Les infiltrations, les pénétrations de terre, les fissures, déformations et éventuels effondrements se trouvent donc dans le viseur de l’Hydrozoom qui peut photographier ces défectuosités à une distance maximale d’environ 40 mètres.

L’intercommunale peut aussi compter sur des inspections robotiques, avec des caméras autotractées et étanches capables de se balader dans nos canalisations souterraines sur une distance d’environ 300 mètres. C’est indispensable, car même si les taques d’accès aux égouts se trouvent en moyenne à 50 mètres les unes des autres, certaines ont été recouvertes d’asphalte lors de la réfection de voiries et ne sont dès lors plus accessibles…

©Saskia Vanderstichele

Les images sont visionnées en direct dans un camion équipé d’écrans depuis lequel les ouvriers guident à distance les robots. En cas de suspicion d’un problème, des équipes humaines sont envoyées sous terre. Ces expéditions pédestres sont effectuées dans des égouts en activité où l’air est irrespirable. Insalubre et instable, l’environnement de travail comporte des risques d’inondation et d’intoxication, notamment au sulfure d’hydrogène qui résulte de la décomposition de matières organiques.

Outre la pénibilité du travail, c’est essentiellement un changement de stratégie qui a débouché sur une réduction des examens humains. Connaître mètre par mètre l’état des canalisations prenait trop de temps. L’objectif est désormais d’avoir, le plus rapidement possible, une vue globale du réseau. Le recours accru aux appareils commandés à distance a permis d’accélérer l’état des lieux. "Alors que 85,9 km de petits et grands tuyaux ont été inspectés en 2018, ce chiffre atteint déjà 198 km pour l’année en cours", détaille Marc Pauwels, chef du service état des lieux et inspections.

"Bruxelles est une ville d’usage. Les infrastructures souterraines souffrent de la charge de trafic qui n’abîme pas uniquement l’asphalte."
Laurence Bovy
Directrice de Vivaqua

Sur un réseau long d’environ 1.900 km, on connaît aujourd’hui l’état de 1.033 km, soit 54,5%. "Mais ce qu’on a fait en 18 ans, on doit désormais le faire en cinq ans", déclare la directrice de Vivaqua, Laurence Bovy. Dans son premier plan pluriannuel approuvé en avril par le conseil d’administration, l’intercommunale entend disposer d’une photographie fiable de l’état de la totalité du réseau d’égouts d’ici 2024.

190 km de canalisations en mauvais état

©Saskia Vanderstichele

Après inspection, chaque canalisation est classée selon un code couleur allant du vert pour les tronçons en excellent état au mauve pour ceux de qualité médiocre. Sur la base de critères très précis encodés selon des normes européennes, la classification permet d’obtenir une cartographie objective de la situation et compréhensible par tous les acteurs ayant accès à ces données. Confidentielle notamment pour des raisons de sécurité, la cartographie ressemble à un plan classique de la capitale dans lequel chaque voirie est recouverte de vert, de jaune, d’orange, de rouge et de mauve.

À ce stade, les tuyaux en excellent état ou présentant des défauts mineurs représentent 42,9% du réseau examiné. La part des canalisations nécessitant une surveillance voire des travaux ponctuels s’élève à 38,8%. Enfin, 18,4% du réseau inspecté, soit 190 km, est composé d’égouts nécessitant des travaux importants et/ou prioritaires.

La cartographie permet à Vivaqua de prioriser les chantiers, sachant que les réparations coûtent entre trois à dix fois plus cher que des travaux préventifs. Et sans compter que personne n’a envie de voir des véhicules disparaître dans des effondrements de voirie. Le grand trou qui s’était créé juste devant le Palais royal en mai 2013, juste avant la passation de pouvoir entre le roi Albert et son fils Philippe, ou l’immense effondrement de voirie survenu dans la chaussée de Louvain à Saint-Josse ont marqué les esprits. "Dans la chaussée de Louvain, il s’agissait d’une rupture de canalisation, mais l’eau avait trouvé son chemin dans un égout désaffecté qui ne se trouvait sur une aucune carte", se remémore d’ailleurs Laurence Bovy.

©BELGAIMAGE

Lorsque Vivaqua a hérité de la gestion du réseau, les informations sur les tracés et les matériaux des conduites n’ont pas toujours été transmises par les communes. Progressive, la passation a débuté en 2001 avec le transfert de neuf communes et s’est achevée en 2010 lorsque la Ville de Bruxelles a finalement accepté de céder la gestion de ses canalisations. "La réfection des égouts ne figurait pas dans les priorités des communes, à côté de compétences telles que la propreté ou l’enseignement, indique la patronne de Vivaqua pour expliquer le mauvais état général du réseau. Et puis, Bruxelles est une ville d’usage. Les infrastructures souterraines souffrent de la charge de trafic qui n’abîme pas uniquement l’asphalte en surface…"

Ce constat posé, place à la réhabilitation. Vivaqua se targue d’avoir, au fil des ans, amélioré ses techniques de rénovation. L’objectif étant d’éviter tant que faire se peut de creuser des tranchées en pleine ville. "On évite de devoir tout arracher pour tout remettre. Ce n’est pas tenable pour les commerces et la mobilité, mais parfois nous n’avons pas le choix. On soigne alors la communication, des photos avant/après permettent aux riverains de comprendre l’importance de ces travaux", souligne Laurence Bovy.

Pour les pathologies d’étanchéité et structurelles dites légères, Vivaqua a recours à la technique du chemisage qui consiste à insérer un tuyau en tissu recouvert d’une résine. Souple au moment de l’introduction dans les canalisations, cette sorte de chaussette se solidifie par la suite. Une autre technique consiste également à mettre un tube dans le tube, en l’occurrence des coques faites sur mesure en fonction notamment des aspects hydrauliques. "Confectionnées dans la même matière que les coques de bateau, celles-ci glissent très bien sur l’eau, ce qui permet de réduire la section de voirie ouverte pour les insérer", explique Olivier Broers.

©Saskia Vanderstichele

À ses yeux, le tubage représente la meilleure des techniques. Et c’est la raison pour laquelle Vivaqua a décidé il y a quelques années de bâtir sa propre fabrique à coques. "Il y a seulement quelques usines à Dubaï, au Maghreb et en Pologne qui font la pluie et le beau temps au niveau des prix mais aussi des délais de livraison qui sont passés de six semaines à six mois ces dernières années", déplore le directeur des études et investissements.

En construction sur le site anderlechtois de l’intercommunale, la future usine produira entre 8 à 10 km de coques par an dès 2020. Les formes et la taille des coques, conçues sur mesure, dépendront de chaque projet. "Rien qu’avec les besoins à Bruxelles, le carnet de commandes est rempli pour les dix prochaines années", indique Laurence Bovy qui espère à terme réduire la facture des travaux de réhabilitation et l’empreinte écologique de Vivaqua.

 

La réfection, un budget annuel de 70 millions d’euros

©Saskia Vanderstichele

En 2019, le budget consacré à la réfection des égouts, des collecteurs et des branchements, tant pour les chantiers planifiés que pour les interventions d’urgence, tourne autour de 60 millions d’euros. Le taux de renouvellement va s’accroître, faisant grimper l’enveloppe jusqu’à 70 millions en 2024. Vivaqua va donc consacrer plus de 300 millions d’euros en cinq ans pour réhabiliter le réseau d’égouts. Des investissements indispensables qui s’inscrivent dans un contexte difficile pour l’intercommunale bruxelloise des eaux dont les recettes principales ne couvrent plus les dépenses.

"Le modèle économique n’est plus pérenne, lâche Laurence Bovy. On ne peut pas continuer à s’endetter en empruntant, mais on ne peut pas non plus mettre un frein aux investissements nécessaires." Comme elle l’avait fait savoir à l’Écho en avril dernier, la directrice de Vivaqua espère que le prix de l’eau, qui n’a plus été indexé depuis 2014, le sera à nouveau dès 2020, mais la décision appartient au régulateur Brugel.

©Saskia Vanderstichele

Quant à savoir si le nouveau gouvernement bruxellois tiendra compte des enjeux et besoins financiers de l’intercommunale, on peut à ce jour uniquement s’en référer à une courte phrase de la déclaration de politique générale stipulant que l’exécutif intensifiera la rénovation du réseau d’égouttage.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect