Alain Courtois interpelle à nouveau Jan Jambon sur le parc Maximilien

©Photo News

La Ville de Bruxelles s'inquiète de ce qu'une partie des migrants en transit arrêtés et emmenés dans le nouveau centre administratif de Steenokkerzeel soient libérés et se retrouvent dans le parc.

Dimanche matin, le Premier échevin de la Ville de Bruxelles, le MR Alain Courtois, a une nouvelle fois interpellé le ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N-VA), en charge de la Régie des bâtiments, sur l'insuffisance de places pour migrants en situation irrégulière. "Je me félicite toujours de l'ouverture par le gouvernement fédéral d'un centre pour illégaux à Steenokkerzeel", note M. Courtois, après que la police et le bourgmestre Philippe Close (PS) se sont inquiétés de ce qu'une partie des migrants en transit arrêtés et emmenés à Steenokkerzeel soient ensuite libérés 24 heures plus tard au parc Maximilien, à proximité de l'Office des étrangers.

"La réalité démontre que le nombre de places est insuffisant, surtout si l'on continue à donner des ordres de quitter le territoire qui ne sont pas exécutables dans les faits et qui concourent à gonfler chaque jour un peu plus la population déjà présente dans le parc Maximilien", commente M. Courtois. Il souligne les difficultés engendrées pour les riverains.

"La Régie des bâtiments n'a-t-elle vraiment aucun immeuble disponible en dehors d'une zone densément peuplée afin de rendre espoir à tout un quartier, mais également afin d'assurer une dignité à toutes ces personnes qui y tournent en rond, traquées par les passeurs?", demande l'échevin.

La Ville de Bruxelles est en contact depuis plusieurs mois avec les cabinets du secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration Theo Francken (N-VA) ainsi que celui de M. Jambon pour tenter de conjuguer les moyens afin d'améliorer la situation autour du parc Maximilien. Lundi dernier, M. Courtois avait accueilli avec satisfaction l'annonce d'un plan par MM. Jambon et Francken comprenant notamment l'installation d'un centre administratif au centre 127bis de Steenokkerzeel pour les migrants en transit, ce qui était de nature selon lui à rendre au Parc Maximilien sa vocation première de havre de verdure pour les riverains.

Nouvelle polémique

Ce week-end, Theo Francken at réfuté que des ex-détenus aient figuré parmi les sans-papiers relaxés des centres fermés.  S'il devait s'avérer que des personnes ayant un casier judiciaire pour des faits criminels ont été libérées de centres fermés pour personnes en situation irrégulière la semaine dernière, afin de faire de la place à des migrants en transit, ce fait restera isolé, a affirmé le secrétaire d'État à l'Asile et la Migration Theo Francken, lundi sur Radio 1 (VRT).

Le mandataire N-VA réunissait son administration ce matin à 8h30 pour être informé de la réalité des faits, allégués dans un article des quotidiens du groupe Mediahuis. 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content