start-ups

De nouvelles aides à l'exportation pour les entreprises bruxelloises

Le nouveau système privilégie les jeunes entreprises pour les pousser à explorer le marché international. ©EPA

Le dispositif des aides à l’exportation est revu. Le nouveau système privilégie les jeunes entreprises pour les pousser à explorer le marché international.

À partir du 1er janvier 2018, les entreprises bruxelloises qui souhaitent exporter pourront bénéficier de nouvelles aides. Le gouvernement bruxellois a revu le dispositif actuel. Auparavant, il existait 5 types d’aide financière à l’exportation. Les entreprises pouvaient toutes en bénéficier de la même façon. Désormais, certaines aides seront majorées pour les entreprises starters de moins de 4 ans. "Nous avons complètement revu le dispositif des aides à l’exportation afin qu’il corresponde mieux aux besoins des entreprises. Les jeunes entreprises qui souhaitent se tourner vers l’étranger ont besoin d’un plus gros coup de pouce", justifie Cécile Jodogne, secrétaire d’état bruxelloise au Commerce extérieur (DéFI).

Certaines aides bénéficieront aussi de majoration si elles sont demandées dans la continuité d’une action organisée par Brussels Invest & Export, l’agence régionale du commerce extérieur. "Il est logique d’aider les entreprises qui souhaitent réaliser de la prospection à la suite d’une mission économique", explique-t-elle.

"Les jeunes entreprises qui souhaitent se tourner vers l’étranger ont besoin d’un plus gros coup de pouce."
Cécile Jodogne (DéFI)
Secrétaire d'Etat bruxelloise au Commerce extérieur

Et désormais, il ne s’agira plus de rendre toute une série de justificatifs pour bénéficier du remboursement de certains frais. "Nous allons déterminer des forfaits par destination. Nous n’interviendrons donc pas plus pour une entreprise qui a choisi de voyager en business ou de prendre une chambre d’hôtel plus chère. Le système sera plus juste."

Trois nouvelles aides vont aussi être ajoutées au dispositif existant. Au total, les entreprises auront donc le choix entre 8 aides financières. Pourquoi la secrétaire d’état ajoute-t-elle une couche de lasagne supplémentaire alors que son collègue Didier Gosuin, ministre de l’Économie (DéFI également), dit vouloir rationaliser les aides à l’expansion économique? "Dans ce cas-ci, cela n’a pas de sens de rationaliser. L’objectif est de mieux répondre aux besoins des entreprises. Nous avons donc analysé comment chaque aide pouvait être complémentaire et comment on pouvait rendre le système plus simple", répond-elle.

8
Au total, les entreprises auront donc le choix entre 8 aides financières

Quelles sont ces trois nouvelles aides? La première vise à aider les entreprises qui souhaitent inviter des prospects à Bruxelles. La deuxième soutient les sociétés qui déposent leur marque à l’étranger. Et la troisième est une aide au recrutement pour des projets spécifiques liés à l’exportation. Cette aide nouvelle permettra de couvrir jusqu’à 20.000 euros par an des frais d’engagement.

Un budget de 3,3 millions

Le Conseil économique et social bruxellois a rendu un avis globalement positif sur cette révision des aides à l’exportation. Mais il a formulé quelques remarques. Il se dit notamment attentif au respect des grands équilibres. Il craint que la majoration des aides pour les entreprises starters épuise une partie trop importante de l’enveloppe budgétaire, "au détriment des entreprises exportatrices traditionnelles".

En 2017, le budget de ces aides s’élevait à 3,3 millions. Reste à voir si cette enveloppe augmentera au cours du conclave budgétaire qui aura lieu dans quinze jours.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect