Le tunnel Stéphanie restera fermé jusqu'au week-end prochain

©Sofie Van Hoof

L'agence régionale Bruxelles-Mobilité a annoncé que le tunnel Stéphanie restera fermé au moins jusqu'au week-end prochain. L'inspection du tunnel avait mis au jour d'importantes fissures dans le béton du plafond. Un bureau d'étude externe réalisera la semaine prochaine une analyse de risques détaillée.

Les tunnels bruxellois sont en mauvais état. La fermeture du tunnel Stéphanie cette semaine n’en est qu’une illustration. Bruxelles-Mobilité est en train de réaliser un état des lieux général. Les premiers éléments indiquent que des travaux d’ampleur seront nécessaires. "Ça va certainement coûter plus d’un milliard au total", indique cette source. "Il faut donc analyser toutes les options possibles". En décembre, l’exécutif bruxellois avait décidé de rénover le tunnel Léopold II mais il pourrait revenir sur sa décision et changer de stratégie.

L’argent économisé sur les frais de rénovation serait investi dans les transports en commun.

Une des options étudiées est celle de la fermeture pure et simple. Les tunnels seraient remplacés par des boulevards urbains. Les tunnels de la petite ceinture seraient épargnés. La question se pose essentiellement pour le tunnel Léopold II et les tunnels Cinquantenaire et Loi. "Lorsqu’on a annoncé la démolition du viaduc Reyers, les réactions des Bruxellois ont été très bonnes. Pourquoi en serait-il autrement pour les tunnels?", dit cette source, confiante.

Pas sûr que les navetteurs partagent le même enthousiasme. Les trois tunnels dont il est question sont les principales portes d’entrée de Bruxelles. Le Léopold II est fortement utilisé par les travailleurs provenant de Flandre. Chaque jour, près de 40.000 véhicules le traversent. De l’autre côté de la ville, le tunnel Loi (qui prolonge le tunnel Cinquantenaire) est emprunté par les navetteurs provenant de la région de Louvain et de Wallonie. 28.000 voitures passent par là quotidiennement.

La Région bruxelloise veut-elle faire fuir les navetteurs? "Il ne s’agirait pas de les dissuader de venir à Bruxelles. Mais de les dissuader de venir en voiture. L’argent économisé sur les frais de rénovation des tunnels serait directement investi dans les transports en commun pour faciliter l’accessibilité de Bruxelles".

La proposition ne fait toutefois pas encore l’objet d’un accord de gouvernement. Le PS soutient l’idée. Le cdH, lui, est divisé sur la question. Quant à DéFI (ex-FDF), il n’y est pas opposé mais préfère l’idée d’une rénovation accompagnée d’un système de péage. Dans les semaines à venir, le gouvernement bruxellois va étudier ces deux pistes. Sans doute y en aura-t-il encore d’autres. On n’est pas à l’abri d’une surprise. "Il y a quelques mois, qui aurait pu dire que le viaduc Reyers allait disparaître?", fait remarquer cette source.

La rénovation n'est pas remise en cause à l'heure actuelle selon Pascal Smet

 Le cabinet du ministre régional de la Mobilité et des Travaux public Pascal Smet a rappelé samedi la position actuelle du gouvernement bruxellois concernant la rénovation des tunnels de la capitale. Il a ainsi été décidé en décembre de rénover le tunnel Léopold II. Marc Debont, porte-parole du cabinet, ajoute qu'un masterplan est en cours pour procéder à l'évaluation de l'état de l'ensemble des tunnels à Bruxelles.

Camille Thiry, porte-parole de Bruxelles-Mobilité, précise que cette évaluation a été initiée en novembre, à la suite de la chute d'un micro-bloc de béton sur un véhicule dans le tunnel Rogier. Les inspections en cours visent à se prémunir contre d'éventuels accidents similaires. Elles portent principalement sur l'état des plafonds, sur base d'analyses par décapages et sondages. A l'issue de ces évaluations, Bruxelles-Mobilité mettra à jour son plan pluriannuel d'investissement.

Le gouvernement bruxellois n'a pas la fermeture définitive de(s) tunnels bruxellois à son ordre du jour, a affirmé dimanche le ministre de l'Économie du gouvernement régional, Didier Gosuin.

Convaincre les Flamands

Reste à voir s’il sera aussi facile de convaincre les partenaires néerlandophones de la majorité. Récemment, Els Ampe, échevine de la Mobilité à la ville de Bruxelles (Open Vld) pressait le gouvernement bruxellois d’établir un plan de rénovation des tunnels. Elle rejette l’option de la démolition. "Ce serait aller un pont trop loin, dit-elle. La démolition des tunnels sera la démolition de la vie économique bruxelloise, le rêve de tous ceux qui haïssent Bruxelles", réagit-elle. Reste aussi à voir comment les Régions voisines et le Fédéral accueilleront ces propositions.

©Mediafin

Le MR balaye la proposition

Le Mouvement Réformateur n'apprécie pas l'hypothèse, et le fait savoir. "Une fois de plus, l’on ne peut que constater que la majorité bruxelloise est divisée sur un sujet crucial pour les habitants de notre Région et que le gouvernement peine à anticiper des mesures structurelles qui sont pourtant essentielles pour la mobilité.  ", a réagi Boris Dilliès, député bruxellois, dans un communiqué.

Pour le MR, il faut trouver "  des alternatives fonctionnelles, modernes et accessibles. "

"  Si la fermeture de ces tunnels devait se confirmer, nous nous dirigeons tout simplement vers le chaos. Il suffit de constater ce que les Bruxellois ont dû subir ces derniers jours suite à la fermeture d’une portion d’à peine 30 mètres du tunnel Stéphanie  ", ajoute le député bruxellois.

Pour sa part, le parti Ecolo a rappelé samedi son souhait de voir une alternative "au tout au souterrain". La députée bruxelloise Céline Delforge annonce qu'elle déposera une proposition de résolution en ce sens.

"Les 650 millions que nous coûterait la rénovation des tunnels bruxellois doivent être investis dans des sites propres et des espaces publics requalifiés plutôt qu'engloutis dans des solutions éculées qui n'ont d'autres conséquences que d'aspirer les voitures au coeur de notre ville", préconise Arnaud Pinxteren, député bruxellois et secrétaire politique Ecolo Bruxelles

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect