Les conseils d'IBM pour sauver Bruxelles des embouteillages

©Photo News

IBM recommande à la Région bruxelloise de miser beaucoup plus qu'aujourd'hui sur l'apport des technologies digitales et sur leur échange pour améliorer la mobilité individuelle dans la capitale. IBM plaide aussi pour un changement du régime fiscal sur les voitures de société.

Mise à disposition en temps réel des données sur le trafic, incitation des citoyens à apporter les leurs, recours aux medias sociaux pour communiquer avec les citoyens sur tous les modes de transport, recours aux technologies mobiles pour offrir un système intégré de paiement et de billetterie: telles sont quelques-unes de dix recommandations du rapport préliminaire du Smarter Cities Challenge consacré à Bruxelles par le bureau de consultance IBM.

Le Smarter Cities Challenge d'IBM est un programme compétitif de subventions qui finance le déploiement des meilleurs experts d'IBM auprès de municipalités et régions à travers le monde pour les aider à résoudre les problèmes allant de l'emploi, la santé, les finances, la sécurité publique, la nourriture et le transport, au logement, les services sociaux, l'énergie, l'éducation et la durabilité.

Au cours des trois dernières semaines, l'équipe d'IBM a mené sur place 39 entretiens avec de nombreux acteurs publics et privés. Elle a également mené 42 expériences de mobilité utilisant tous les types de modes de transport disponibles à Bruxelles et procédé à un sondage en ligne.

En résumé, le rapport a constaté que l'utilisation des technologies mobiles et des médias sociaux, l'optimisation de l'infrastructure existante, ou encore la création d'un modèle de gouvernance qui comprend une "alliance du transport", devraient aider à résoudre les problèmes de mobilité à Bruxelles.

Selon IBM, Bruxelles Mobilité aurait ainsi tout à gagner d'une alliance du transport entre les fournisseurs de transport en commun pour mieux faire face à la congestion. Cette alliance pourrait être financée par les services interrégionaux de mobilité, une surtaxation du transport motorisé aux heures de pointe et les parkings publics. Elle permettrait de mesurer et de gérer les niveaux d'utilisation et de service des transports publics et d'en informer le public.

IBM plaide aussi pour un changement du régime fiscal sur les voitures de société.

Le rapport a globalement été bien accueilli par la secrétaire d'Etat bruxelloise en charge de la Transition numérique Bianca Debaets et le ministre de la Mobilité Pascal Smet.

Ce dernier n'a toutefois pas caché que la recommandation d'une gestion dynamique des sites propres réservés aux trams, bus, taxis, et parfois vélos, consistant à en ouvrir par moment l'accès aux voitures, n'était pas envisageable.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés