Un conducteur bruxellois sur trois serait prêt à lâcher sa voiture

©Photo News

Un automobiliste bruxellois sur trois pourrait lâcher sa voiture à certaines conditions comme une meilleure offre de transports publics ou un nombre de voitures partagées en hausse.

Il y a pas mal d’études qui nous arrivent alors que la semaine européenne de la mobilité va débuter, mais retenons peut-être celle-ci: celle d’Harry Interactive commandée par la société Drivy. Elle montre que 31% des Bruxellois qui possèdent une voiture pourraient envisager de s’en passer. C’est un meilleur pourcentage que dans des villes comme Hambourg (23%), Berlin (27%), Madrid (28%) ou Lyon (22%), mais beaucoup moins qu’à Londres (43%) ou Paris (50%).

Évidemment, dans beaucoup de cas, il s’agit encore de conditionnel. À Bruxelles, 47% des propriétaires seraient prêts à lâcher leur voiture si notamment l’offre de transports publics était meilleure. 28%, si une voiture partagée était accessible directement dans leur quartier. Partager les voitures des particuliers, c’est justement ce que propose la société Drivy, récemment rachetée par son équivalent américain Getaround.

79%
4 Bruxellois sur 5 sont prêts à moins utiliser leur voiture si les alternatives à celle-ci deviennent meilleures.

Une activité dans l’air du temps, car "seuls 46% des Bruxellois pensent encore que la voiture est un moyen de transport pratique pour se déplacer à Bruxelles et plus de 57% d’entre eux n’utilisent leur voiture qu’une fois par semaine ou moins. Parallèlement, l’impact environnemental de l’utilisation de la voiture dans Bruxelles est unanimement critiqué: non seulement 85% des citadins bruxellois déclarent que leur ville souffre fortement de la congestion et de la pollution, mais 84% d’entre eux pensent également que la diminution du nombre de voitures dans leur ville améliorerait significativement leur qualité de vie", détaille-t-on chez Drivy.

Il est par contre étonnant de voir que dans l’étude de Drivy, moto et vélo ne sont considérés que par 18% des automobilistes comme un des deux arguments majeurs pour abandonner leur voiture. Néanmoins, il s’agit du plus haut score sur les 8 villes étudiées, ce qui tenderait à prouver que le vélo comme moyen de transport est en train de gagner le cœur des propriétaires de voiture bruxellois. Aussi, 74% des Bruxellois sont favorables à la création de pistes cyclables supplémentaires dans le cas où de la place serait laissée par une diminution du nombre de voitures garées en ville.

Le fait que de nombreux Bruxellois n’utilisent leur voiture que maximum une fois par semaine pose une autre question: celle de la pertinence économique de la détention d’une voiture qui coûte des centaines d’euros par mois au propriétaire.

Justement ce que les sociétés de carsharing essayent de mettre en avant avec leurs services. Plutôt que de laisser une voiture au garage, pourquoi ne pas la louer pour des courtes périodes? Les véhicules sont assurés et Drivy propose même un système avec application qui évite de devoir s’échanger les clés.

Évidemment, il faut vouloir partager son véhicule et accepter les petits désagréments qui peuvent venir avec ce service. Certains professionnels y ont vu une aubaine et partagent une flotte de véhicules comme activité. Drivy estime que son système est aussi indiqué pour les flottes de voitures d’entreprise.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect