Une extension pour le musée Horta

©rv

La nouvelle extension ouvrira ses portes au public le 20 octobre. Elle permettra d'accueillir les visiteurs et libérera de l'espace dans le musée Horta.

Le musée Horta s'agrandit. L'inauguration a eu lieu ce jeudi en présence du ministre Didier Reynders, en charge de Beliris, du ministre-président bruxellois Rudi Vervoort et du bourgmestre de la commune de Saint-Gilles Charles Picqué. L'ouverture au grand public aura lieu, quant à elle, le 20 octobre. 

Le musée, premier bâtiment d'Art Nouveau protégé à Bruxelles qui est également inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO, commençait a se sentir de plus en plus à l’étroit. Fin 2006, une énorme opportunité lui est offerte : la maison voisine, une oeuvre de l'architecte Jules Brunfaut, est à vendre. La commune de Saint-Gilles, qui est aussi propriétaire du musée, saisit l'occasion et la rachète en mars 2007 grâce aux fonds accordés par Beliris.

C'est aussi Beliris qui a financé la restauration de l'extension, que l'on appelle aussi la "maison Hilst". Les travaux ont débuté en 2014, et viennent juste de se terminer. En tout, ce projet a coûté pas moins de 3,66 millions d'euros :  2,15 millions d'euros pour la reconversion, 255.000 pour les études et 1,25 million pour l'achat du bâtiment, désormais propriété de la commune.

Une extension nécessaire 

Le hall d'entrée, les vestiaires, et les casiers ©rv

En 2015, ce sont près de 70.000 touristes qui sont venus visiter cette maison emblématique, devenue depuis quelques années une étape incontournable du tourisme bruxellois. L'infrastructure ne permettait pas d'accueillir le flux des visiteurs qui se pressaient aux portes, et il n'était pas rare de voir une file patienter sur le trottoir. La maison, trop fragile, ne peut supporter "que" 45 visiteurs à la fois. Le rez-de-chaussée de la nouvelle extension fera donc office de hall d'entrée et de vestiaire. Des casiers seront mis à disposition des visiteurs, les sacs n'étant pas autorisés dans la maison où a vécu Victor Horta. Une librairie permettra également de terminer la visite par de petites emplettes. 

Le premier étage de la maison Hilst servira de salle d'exposition semi-permanente. Et deux fois par an, il accueillera également des expositions temporaires : l'une sur l'Art Nouveau, et l'autre sur un métier d''artisanat d'art contemporain. Le musée, devenu trop exigu, ne pouvait plus développer des activités ponctuelles et des expositions temporaires; et suite à d'importants travaux de rénovation, il devenait impossible d'afficher des œuvres sur les murs d'époque, par souci de conservation. 

La cuisine des domestiques, qui va rejoindre le nouveau circuit de visite.

La maison a été conçue en deux parties distinctes: d'un coté, l'habitation de l'architecte, réservée à la famille; de l'autre, l'atelier, destiné à son activité professionnelle ainsi qu'au personnel et aux domestiques. Auparavant, seule l'habitation était au programme de la visite; l'atelier hébergeant les bureaux administratifs et la bibliothèque. Désormais, le musée ouvre cet espace au grand public, et déménage sa bibliothèque, ses archives et ses bureaux au troisième et quatrième étage de la nouvelle infrastructure, spécialement ventilés et aménagés pour conserver au mieux les documents les plus précieux. 

Le manque d'espace empêchait également le musée d'organiser des activités pédagogiques. Mais cela appartient maintenant au passé : "Nous venons de boucler le programme d'activités à destination des écoles, et les réservations sont déjà complètes pour toute l'année", se réjouit la conservatrice, Françoise Aubry. 

Quelques nouveautés 

L'itinéraire de la visite sera légèrement modifié : l'entrée se fera par le rez-de-chaussée de la maison Hilst - ce qui permet également de préserver la porte d'entrée d'origine du Musée - et débutera par les escaliers principaux, pour se terminer par les escaliers de service et la découverte des pièces destinées aux domestiques. 

La bibliothèque, qui contient près de 7.000 ouvrages va être déménagée

©rv

La réserve précieuse et la bibliothèque, installées aux derniers étages de la nouvelle extension, permettront d’accueillir plus confortablement les nombreux chercheurs et étudiants passionnés d'Art Nouveau. Avec 7.000 ouvrages, le centre de recherche du musée est "un des mieux fournis et un des plus performants en matière d'Art Nouveau", se targue la conservatrice. 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect