De nombreuses PME pensent réduire l'emploi d'ici fin 2020

©Dieter Telemans

La proportion de PME qui s'attendent à une réduction de l'emploi d'ici fin décembre n'a jamais été aussi élevée en 10 ans.

La société de ressources humaines SD Worx a réalisé une étude auprès de 1.000 chefs d'entreprise et responsables du personnel. Le constat est frappant: la proportion de PME qui s'attendent à une réduction de l'emploi d'ici la fin de l'année 2020 n'a jamais été aussi élevé ces dix dernières années. Et ce, malgré un léger rehaussement au niveau des intentions de recrutement.

20%
des entreprises
Une PME sur cinq veut se remettre à recruter.

Après avoir touché le fond en avril, en pleine crise sanitaire, avec 11% de PME qui prévoyaient de recruter, les intentions de recrutement sont en hausse en juin: une PME sur cinq veut se remettre à recruter. Si ce niveau est deux fois plus élevé qu'en avril, il reste inférieur au niveau de mars (34%).

"Le paysage du recrutement est actuellement marqué par une réduction du taux d'expansion et du taux de recrutement à des postes fixes et par une hausse du taux de remplacement et du taux d'emploi à temps partiel", résume SD Worx.

Les PME bruxelloises plus optimistes

Si la tendance est sensiblement la même dans les Régions -les PME bruxelloises étant plus optimistes, les intentions de recrutement varient en fonction de la taille des entreprises. Les plus grandes PME prévoient de recruter davantage dans le trimestre à venir: 65% des PME comptant de 50 à 249 travailleurs affichent des intentions positives, contre 12% des PME qui emploient moins de cinq travailleurs et 28% des PME qui emploient de cinq à 19 travailleurs.

Les intentions de licenciement concernent 16% des PME, le même niveau qu'en avril et contre 8,5% en mars.

De plus, près d'un cinquième des PME (18%) s'attendent à une réduction de leur emploi d'ici la fin de l'année, soit plus du double qu'en mars (8%). Ce pourcentage n'a jamais été aussi élevé depuis le début des mesures il y a 10 ans, constate SD Worx.

Des chiffres mis sur la table

Dans le courant du mois de juin, la Banque nationale avait fait état de 186.000 chômeurs supplémentaires d’ici fin 2020. Il s’agissait d’une projection. Mais d’après l'assureur-crédit Euler Hermes, environ 320.000 personnes en Belgique bénéficiant du régime de chômage temporaire risquent de perdre leur emploi en 2021. Il s’agit de personnes employées dans des secteurs fragilisés comme l’horeca, la culture ou le commerce de détail. Nous sommes sur une estimation du nombre de travailleurs qui "risquent" de perdre leur emploi.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés