ING Belgique va fermer près de 500 agences Record Bank

©Belgaimage

ING Belgique va cesser la collaboration avec près de 500 agences indépendantes Record Bank, son deuxième réseau qu’il a décidé de supprimer. Un peu plus de cent agents Record passeront sous les couleurs ING et seule une cinquantaine d'agences Record Bank seront intégrées dans le réseau.

On savait que les équipes qui font tourner le réseau Record Bank allaient, elles aussi, payer un lourd tribut à la restructuration voulue par ING Belgique , sa maison mère. Celle-ci a décidé de faire disparaître ce deuxième réseau de 536 agences indépendantes, situées à 80% en Flandre, ainsi que la marque Record Bank pour ne garder qu’un réseau de 650 agences sous la seule enseigne ING. Forcément, cela allait faire des dégâts chez Record Bank aussi, mais ils n’étaient pas encore chiffrés.

500
Ce sont donc près de 500 bureaux qui vont disparaître du paysage, surtout en Flandre, imposant une reconversion à ceux qui les font tourner. Combien sont-ils? Personne ne le sait vraiment puisqu’il s’agit d’indépendants mais ils emploient régulièrement deux ou trois collaborateurs pour faire tourner la boutique.

C’est chose faite à présent. ING Belgique ne reprendra dans son réseau qu’une cinquantaine d’agences évoluant jusqu’ici sous la bannière Record, a appris L’Echo à bonnes sources. Au total, une centaine d’agents Record vont enfiler le costume ING.

Ce sont donc près de 500 bureaux qui vont disparaître du paysage, surtout en Flandre, imposant une reconversion à ceux qui les font tourner. Combien sont-ils? Personne ne le sait vraiment puisqu’il s’agit d’indépendants mais ils emploient régulièrement deux ou trois collaborateurs pour faire tourner la boutique.

ING négocie au cas par cas les termes financiers de la fin de la collaboration.

ING négocie actuellement au cas par cas avec les agents les termes financiers de la fin de leur collaboration. L’intégration opérationnelle de la cinquantaine d’agences Record se fera mi-2018 et le passage au look ING suivra graduellement, jusqu’à 2020.

Le réseau voulu par ING sera largement indépendant puisque la banque ne veut conserver que 176 agences statutaires à l’horizon 2020, contre 404 fin 2016. Le nombre d’agences indépendantes va quant à lui quasiment doubler pour passer à 454.

Les agents de Record Bank veulent plus de clarté sur leur avenir

Le ton monte entre la Fédération des courtiers en assurances et des intermédiaires financiers de Belgique (Feprabel) et Record Bank. Les deux parties se sont retrouvées hier matin devant les juges de référé du tribunal de commerce francophone de Bruxelles. La Fédération veut que Record Bank fasse toute la clarté quant à l’avenir des agents du réseau Record Bank afin que chacun sache s’il sera repris ou non dans le réseau ING.

Record Bank a déjà rencontré l’ensemble des agents de son réseau pour leur signaler les intentions d’ING à leur égard, mais tout s’est fait oralement.

En réalité, Record Bank a déjà rencontré l’ensemble des agents de son réseau pour leur signaler les intentions d’ING à leur égard, mais tout s’est fait oralement. Aujourd’hui, Feprabel, défendu par Denis Gouzée (Legalex), veut une notification écrite pour toutes les agences du réseau Record Bank. Et si le juge ordonne cette notification, la Fédération veut qu’elle soit assortie d’une astreinte financière de 100.000 euros par jour et par notification non réalisée.

Jusqu’à présent, Record Bank laissait entendre que l’intégration des deux réseaux n’était qu’un projet et que la banque ne pouvait pas se prononcer définitivement sur le sort des uns et des autres avant que le projet soit coulé dans du béton. C’est plus ou moins chose faite depuis que les conseils d’administration d’ING et de Record Bank ont validé l’opération. "Il n’y a donc plus d’obstacle pour que l’on puisse clarifier la situation", a plaidé Denis Gouzée.

Record Bank, défendue par Joost Verlinden et Clémence Van Muylder (Linklaters), précise qu’elle attend encore le feu vert de la Banque Centrale Européenne (BCE) avant de pouvoir se prononcer plus en avant.

Rupture de contrat

Pour la Fédération, la situation de certains agents est dramatique. Certains ont consenti récemment d’importants investissements immobiliers et ils ne savent plus sur quel pied danser. Raison pour laquelle Feprabel veut que toute la clarté soit faite au plus vite et que les agents qui ne seront pas repris dans le réseau ING soient libérés de la clause de non-concurrence qui les empêche de prospecter et, le cas échéant, de se rattacher à un autre réseau.

"On va avoir des suicides dans ce dossier."
Avocat de Feprabel

"On va avoir des suicides dans ce dossier", a prévenu l’avocat de Feprabel. La thèse défendue par Feprabel est celle de la rupture de relation contractuelle sans notification via une lettre de préavis. Et, pour l’avocat de la Fédération, quand il est mis fin au contrat, la clause de non-concurrence ne doit pas s’appliquer. "C’est un projet définitif qui a été voté par les deux conseils d’administration, il n’y aura pas de marche arrière", a-t-il encore plaidé.

Pour Feprabel, si les agents de Record Bank veulent organiser leur carrière, ils doivent être libres de le faire, "sinon on est dans un système de prise d’otage". Du côté de Record Bank, on assure n’avoir eu de cesse de communiquer, dans la mesure du possible, dès que l’annonce de l’intégration a été faite. Une information assurée, a plaidé Clémence Van Muylder, dans le cadre des obligations prévues par la loi bancaire.

"Si Record Bank devait notifier un congé à l’ensemble de ses agents, cela pourrait avoir des conséquences immédiates sur la poursuite de son activité."
Avocate de Record Bank

Record Bank a refusé une tentative de médiation car elle estime que le dialogue n’a jamais été rompu entre parties. La banque a précisé être occupée à négocier avec Feprabel et avoir bon espoir que ces négociations débouchent sur un accord, à l’instar de celui qui vient d’être bouclé avec bzb, le pendant néerlandophone de Feprabel.

Les avocats de Record Bank se sont également employés à rejeter la notion d’urgence avant d’expliquer que la demande de Feprabel, visant à obtenir une notification écrite pour les agents, sortait largement des limites du provisoire et donc de l’action en référé. "Si Record Bank devait notifier un congé à l’ensemble de ses agents, cela pourrait avoir des conséquences immédiates sur la poursuite de son activité", a encore plaidé l’avocate de Record Bank. L’affaire a été prise en délibéré.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content