L'avion belge Sonaca 200 a volé pour la première fois

©Sonaca Aircraft

Développé et assemblé dans les usines de la Sonaca à Gosselies, le Sonaca 200 a effectué son premier vol au départ de l'aérodrome de Gosselies ce lundi. Un vol inaugural couronné de succès pour cet avion 100% belge.

Cocorico. Un avion 100% belge a survolé pendant 10 minutes notre plat pays ce lundi. Son petit nom: le Sonaca 200, un monomoteur biplace développé par la Sonaca Aircraft, la nouvelle filiale de la Sonaca. L'engin de 430 kilos et d'une envergure de 9,15 mètres a décollé de l'aérodrome de Gosselies. C'est Pascal Grandin, pilote d'essais, qui était aux commandes.

©Sonaca Aircraft

L'engin est destiné à la formation des pilotes et aux vols de loisir. Il fait l'objet d'une campagne d'essais en vol, d'une durée de quatre mois, en Belgique et qui se poursuivra à Avignon, dans le Sud de la France. Cela doit mener à l'obtention d'une certification européenne EASA fin septembre et, par après, à une première livraison, en octobre prochain. L'entreprise annonçait en avril avoir engrangé près de 30 commandes pour son avion léger.

Sachant que le premier vol d'un autre avion belge, un Tipsy Nipper, date d'il y a presque 60 ans, déjà à Gosselies, cet évènement est historique. "Un nouvel avion est né", a indiqué la Sonaca sur Twitter.

Ce premier prototype a été conçu sur base d'un autre appareil fort semblable, le Sling 2, de la société sud-africaine The Aircraft Company. C'est Pierre Van Wetter, le directeur commercial de Sonaca Aircraft, qui a ramené l'appareil en Belgique pour s'en inspirer dans la construction du Sonaca 200.

©Sonaca Aircraft

L'avion belge doit toutefois respecter des exigences bien plus élevées en termes de certification et de longévité, des demandes faites notamment par les écoles de pilotage européennes. "Nous voulons offrir à l'avion une vie de plus de 20 ans, alors que pour certains concurrents, il faut changer l'aile toutes les 10.000 heures de vol", a déclaré Pierre Van Wetter à La Libre.

Les phases de développement et de certification disposent d'un budget de 3,5 millions d'euros. Pour la phase suivante, celle de l'industrialisation, c'est plus de 2 millions d'euros. A la Sonaca, le point d'équilibre du programme est estimé à une centaine de ventes. Un tiers du chemin est donc déjà parcouru!

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés