Le pouvoir d'achat des Belges ne va guère progresser

La hausse des prix à la consommation devrait garder son rythme de croissance cette année avec une inflation attendue à 1,4%. ©Bloomberg

L'économie belge toussote. Cette année, elle devrait encore se contenter de ne signer qu'une timide croissance de 1,3%. Et la croissance du pouvoir d'achat s'essouffle, constate l'Ires.

L’environnement économique international demeure perturbé par les tensions commerciales et les conséquences économiques du Brexit. L'économie belge devrait se comporter modestement cette année, avec une croissance de 1,3%, égale à celle de 2019, selon les perspectives économiques de l'Institut de recherches économiques et sociales (Ires) de l'UCLouvain. Ce taux de croissance estimé est supérieur cependant à celui que prévoient la Commission européenne et le Bureau du Plan (1%), l'OCDE (1,1%) et la Banque Nationale (1,2%).

+1,2
pour cent
Le pouvoir d’achat des ménages devrait progresser plus lentement en 2020 qu’en 2019 (1,2% contre 2%).

Le moteur? La consommation des ménages

La consommation des ménages belges sera encore le principal facteur d’expansion. Mais, le pouvoir d’achat des ménages devrait progresser plus lentement qu’en 2019 (1,2% contre 2%). La hausse des prix à la consommation devrait garder son rythme de croissance (avec une inflation de 1,4%) et le taux d'épargne devrait légèrement faiblir. La croissance de la consommation devrait au final s'établir à +1,4% (contre 1,2% l'an dernier), a calculé l'Ires.

Les exportations devraient progresser lentement. Malgré son redressement au cours du dernier trimestre, le climat général des affaires restera faiblard. Vu le faible niveau de confiance des entreprises, l’investissement de celles-ci devrait être freiné cette année, surtout dans le secteur industriel. Elles devraient néanmoins encore bénéficier de conditions financières favorables, dans un contexte de taux bas. L'Ires table ici sur une croissance de l'investissement de 2,6%, contre 4,2% l'an dernier.

Nous prévoyons une augmentation du nombre de personnes occupées de 44.300 unités endéans 2020.
Ires

Le marché du travail en forme

Le marché du travail, lui, sera toujours en forme, les créations d'emploi devraient être "importantes", juge l'institut économique: "Nous prévoyons ainsi une augmentation du nombre de personnes occupées de 44.300 unités endéans 2020, alors que celle-ci est estimée à 60.800 unités pour 2019." Le chômage devrait à nouveau diminuer en 2020. Le nombre de demandeurs d’emploi inoccupés reculerait de 14.000 unités endéans 2020, après une diminution de 17.700 unités l'an passé.

Plusieurs risques pèsent sur l'économie belge, insiste l'Ires, et ses perspectives économiques en sont tributaires. L'institut pointe notamment l'incertitude entourant les termes de l'accord commercial post-Brexit, le ralentissement de la croissance chinoise, l'endettement important des entreprises non financières ainsi que l'instabilité au Moyen-Orient. "Une hausse soudaine et importante des prix pétroliers pourrait dès lors survenir en cas de nouveaux troubles dans la région."


Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect