Publicité

Les paradis fiscaux les plus prisés par les Belges en 2016

©IMAGEGLOBE

L'année dernière, ce sont pas moins de 853 entreprises belges qui ont envoyé plus de 221 milliards d'euros vers des paradis fiscaux comme Monaco, les îles Vierges britanniques, les Bermudes ou les îles Caïmans.

L'an dernier, 853 entreprises belges ont envoyé 221,3 milliards d'euros vers des paradis fiscaux, soit une moyenne de 260 millions par société selon Le Soir, qui eu accès aux statistiques relatives aux déclarations de paiement vers ces destinations. Contacté par nos soins, le SPF Finances confirme le montant des 221,3 milliards d'euros. C'est presque autant que l'épargne de l'ensemble des Belges (262 milliards).

La loi fiscale belge impose en effet une obligation à toutes les sociétés de déclarer de telles transactions dès lors qu'elles versent plus de 100.000 euros par an sur des comptes bancaires ou à des personnes domiciliées dans ces Etats 'blacklistés'.

Le top 5 des Etats bénéficiaires de ces paiements

Selon le SPF Finances, une première ventilation permet de dresser un classement temporaire par ordre d’importance des 5 premiers Etats bénéficiaires de ces paiements: 

1. Iles Caïmans
2. Emirats arabes unis
3. Bahrein
4. Bermudes
5. Jersey/Guernesey

Dans le top 5 des destinations préférées des entreprises belges, on trouve notamment les Bermudes.

Parmi ces paradis fiscaux figurent aussi Monaco ou encore les îles Vierges britanniques. Toutes ces destinations sont considérées par la Belgique comme des Etats "à fiscalité inexistante ou peu élevée".  Singapour, Panama et Hong Kong ne figurent pas sur la liste noire belge, alors qu'ils devraient en faire partie au vu de la loi actuelle.

→ Le Luxembourg est, quant à lui, redevenu "fréquentable" en 2016.

En début d'après-midi, le député fédéral Georges Gilkinet (Ecolo) a appelé le gouvernement à agir d'urgence pour davantage de justice fiscale. "Les chiffres sont, pour Ecolo, une nouvelle illustration de l'urgence d'agir pour davantage de justice fiscale. Et un nouveau signe du peu d'intérêt de l'actuelle majorité pour combattre les pratiques indécentes de certains acteurs économiques", a affirmé l'élu écologiste dans un communiqué.

"Jusqu'à quand le ministre des Finances et le gouvernement fédéral vont-ils rester les bras croisés face à ces indications constantes et répétées que notre système fiscal est devenu injuste et inefficace?", s'est encore interrogé Georges Gilkinet.

Selon lui, "les chiffres relatifs aux déclarations de paiement par des sociétés belges vers des paradis fiscaux sont un nouvel indicateur essentiel" après les révélations antérieures des Panama Papers et autres leaks.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés