800 millions d'euros de surplus pour le budget de l'Etat

©REUTERS

Les recettes fiscales augmentent bien plus que prévu: + 10,3% au lieu des 6,3% attendus.

Le revenu des impôts de cette année devrait dépasser de 400 à 800 millions l’objectif du gouvernement Michel. Telles sont les prévisions que l’administration des Finances a émises, en réponse à la demande de Johan Van Overtveldt (N-VA).

D’après ce dernier, il y a de fortes chances que le déficit de cette année soit inférieur à 1% du PIB, soit 4,5 milliards d’euros. Par comparaison, quand le gouvernement Michel a démarré, à la fin de l’année 2014, ce déficit s’élevait à 3,1% du PIB, soit 12,4 milliards d’euros.

Accroissement des versements anticipés

Cette évolution des revenus fiscaux, meilleure que prévue, s’explique en partie par une intervention du ministre Van Overtveldt en personne. Il a augmenté les amendes pour les entreprises et les indépendants qui ne payaient pas, ou pas assez, d’impôts anticipés. Les chiffres montrent que la mesure a incité un grand nombre d’entre eux à payer à l’avance.

"Il est probable que cette année, le déficit budgétaire se rapprochera de 1%, voire sera même inférieur."
Johan Van Overtveldt
ministre des Finances (N-VA)

Au cours des 11 premiers mois de l’année, les paiements anticipés ont augmenté d’un tiers, ou de 2,5 milliards d’euros, alors que le gouvernement avait prévu une hausse de 12% seulement. Le revers de la médaille est que cet effet n’est que temporaire. Plus les entreprises paient anticipativement, moins le fisc reçoit de revenus au moment de solder les comptes.

La mesure de Johan Van Overtveldt n’explique cependant pas tout dans cette augmentation. L’évolution favorable de la croissance économique conduit spontanément à une hausse des revenus. Les entreprises s’attendent à des bénéfices plus élevés, suite à quoi elles paieront plus de taxes. Les consommateurs, quant à eux, reprennent confiance et achètent donc davantage, ce qui fait grimper les recettes de la TVA et des accises.

Plus 10,3%

Tous les revenus fiscaux n’affluent pas de la sorte, il en est aussi qui s’avèrent décevants. Ainsi, il est déjà clair que la régularisation fiscale n’atteindra pas, cette année, l’objectif visé de 300 millions d’euros.

"Les élections se profilent à l’horizon: c’est comme entamer la montée d’un col à vélo."
Bart De Wever

Néanmoins, tous revenus confondus, il s’agit bien d’une hausse considérable: 10,3% pour les 11 premiers mois de l’année, soit nettement plus que les 6,1% sur lesquels le gouvernement comptait dans son budget.

La conséquence pour le budget est un bonus de 400 à 800 millions d’euros qui diminuera le déficit budgétaire de cette année. La Banque Nationale a déclaré la semaine dernière qu’elle s’attendait à un déficit de 1,2% mais, grâce aux revenus fiscaux meilleurs que prévus, il ne s’élèvera, d’après Johan Van Overtveldt, qu’à 1%, voire moins.

L’équilibre à portée de main

Tout cela fait d’ores et déjà rêver. Selon le président de la N-VA, Bart De Wever, "l’équilibre budgétaire est à portée de la main pour l’année prochaine. Si on poursuit les efforts et prend les bonnes décisions lors des contrôles budgétaires, on y arrivera", a-t-il dit sur Radio 1, tout en reconnaissant que ce ne serait pas facile. "Les élections se profilent à l’horizon: c’est comme entamer la montée d’un col à vélo", a-t-il conclu.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés