1

"Beaucoup d'amertume" pour Didier Reynders

©BELGA

"Il y a beaucoup d'amertume" après cette décision, a reconnu le ministre belge des Affaires étrangères Didier Reynders, qui voit cependant aussi "des éléments qui vont dans la bonne direction" dans la communication du président des Etats-Unis.

"Il y a beaucoup d'amertume car nous avions envoyé beaucoup de signaux pour faire comprendre que ce n'était pas une bonne solution", a expliqué Didier Reynders ce mercredi soir après l'annonce de Donald Trump qui a indiqué qu'il reconnaissait Jérusalem comme la capitale d'Israël.

"On craignait que cette démarche embrase la région, et nous avons eu l'occasion de le dire au secrétaire d'Etat Rex Tillerson lors de son passage à Bruxelles" mardi.

"C'est peut-être l'occasion pour l'Europe de jouer un rôle plus important."
Didier Reynders

Le ministre des Affaires étrangères espère qu'il sera possible de rapidement reprendre le chemin du dialogue entre Israéliens et Palestiniens, qui considèrent Jérusalem comme la capitale de leurs Etats respectifs. La Belgique, comme l'Union européenne, est pour une solution négociée à deux Etats.

Donald Trump a d'ailleurs lui aussi plaidé pour une solution à deux Etats, mais "la décision unilatérale" de reconnaître Jérusalem comme capitale de l'Etat hébreu ne va pas faciliter ces négociations, selon Reynders. "C'est peut-être l'occasion pour l'Europe de jouer un rôle plus important", suggère-t-il.

La situation au Proche-Orient sera évoquée lundi par les ministres européens des Affaires étrangères, alors que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu est attendu à Bruxelles. Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, sera quant à lui reçu en janvier.

"C'est important d'avoir une relation tout à fait équilibrée avec les deux."
Didier Reynders

"C'est important d'avoir une relation tout à fait équilibrée avec les deux", a relevé Reynders, qui appelle au calme et "espère qu'il n'y aura pas de réactions" trop violentes.

Le ministre de la Coopération au développement Alexander De Croo a déploré sur Twitter la décision de Donald Trump, estimant qu'elle "inciterait les radicaux des deux côtés".

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content