Coronavirus: Des masques monégasques en transit en Belgique

Des masques buccaux ont transité par la Belgique vers Monaco. ©Photo News

Des masques buccaux ont été exportés depuis la Belgique vers d'autres pays de l'Union européenne. Monaco a fait valoir que ceux-ci ont été en transit. PS et Ecolo ont réagi.

Selon nos confrères du Tijd, la Belgique a accordé 284 licences depuis le 15 mars pour exporter des masques buccaux, des lunettes de protection et d'autres équipements de protection vers des pays hors de l'UE, malgré des pénuries au niveau national. 

Une interdiction d'exportation des "équipements médicaux de protection individuelle" est en vigueur dans l'Union européenne depuis le 15 mars. Ce n'est que si un État membre donne son autorisation explicite qu'un tel envoi de masques buccaux ou d'autres protections peut traverser la frontière européenne. 

 Les détails des 284 envois, tels que les quantités, les entreprises qui étaient encore autorisées à exporter et les pays vers lesquels ils ont été envoyés n'ont pas été communiqués.  Monaco, par exemple, a recu des masques buccaux. Ces masques arrivés à Monaco depuis la Belgique étaient en transit par ce pays mais ne lui ont jamais appartenu, a fait valoir samedi le gouvernement monégasque. "La Principauté de Monaco a juste été cliente de l'aéroport de Liège en faisant transiter des commandes monégasques en Chine par Liège, ni plus, ni moins", a indiqué Frédéric Cauderlier, porte-parole du gouvernement princier. "D'autres commandes sont passées par l'aéroport de Bruxelles, Amsterdam, Luxembourg, Paris, Milan, etc. Ces masques n'ont jamais appartenu à la Belgique", a ajouté M. Cauderlier. "Monaco avait commandé et acheté ses masques elle-même en Chine. "Ceux qui sont passés par Liège ne sont restés que quelques heures sur le tarmac avant d'être acheminés par route."

Le PS et Ecolo ont réagi à cette information. Les deux partis  interrogeront la ministre de l'Économie Nathalie Muylle (CD&V) concernant les 284 licences délivrées. 

Ahmed Laaouej, chef de groupe PS à la Chambre, qualifie cette situation de "scandaleuse" et "irresponsable", même s'il reconnaît la valeur de la solidarité internationale. 

Georges Gilkinet, chef de groupe Ecolo à la Chambre, se dit lui aussi choqué. "Les exportations effectuées dans le cadre de la coopération au développement ne sont évidemment pas à mettre en question. Par contre, il est vraiment difficile de classer la Principauté de Monaco dans cette catégorie", a-t-il commenté.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés