Crioc: Marc Vandercammen se plie aux conditions pour rester

Marc Vandercammen. © Sofie Van Hoof ©Sofie Van Hoof

Le directeur général du Crioc a accepté les conditions posées par la FGTB pour pouvoir garder ses fonctions.

Tout était aprti d'un article paru dernièrement dans le Vif/L'Express, qui remettait en cause la qualité des enquêtes réalisées par l'institution ainsi que la gestion des ressources humaines au sein de celle-ci. La FGTB, qui dispose d'un siège au conseil d'administration au CRIOC, avait réagi en convoquant ce lundi le directeur général du Crioc. Celui-ci devait accepter de suivre des cours de gestion, mettre en place un comité d'audit ou d'éthique au CRIOC et nommer un directeur des ressources humaines.

Le directeur général du Crioc (Centre de Recherche et d'Information des Organisations de Consommateurs) Marc Vandercammen a accepté lundi les trois conditions posées au maintien dans ses fonctions par la direction de la FGTB, a indiqué le syndicat socialiste. Marc Vandercammen, qui s'expliquera lundi prochain devant le conseil d'administration du Crioc, devrait à priori conserver son poste pour autant qu'il accepte une transparence accrue.

En plus d'avoir accepté les trois conditions de la FGTB, Marc Vandercammen a proposé d'autres mesures afin d'améliorer la transparence et le fonctionnement au sein du Crioc.

"Le directeur général a répondu clairement à toutes mes questions" a expliqué le secrétaire fédéral de la FGTB Daniel Van Daele qui attend le conseil d'administration prochain avant de poser un jugement définitif.

Daniel Van Daele constate néanmoins qu'environ 30% du personnel du CRIOC possède au moins huit ans d'ancienneté alors que l'article du Vif l'Express affirme, lui, que "la quasi-totalité des 35 travailleurs du Crioc en sont partis en trois ans".

 

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content