Enquête sur les sociétés de Bernard Arnault

Le parquet épluche depuis 2 mois le réseau de sociétés belges du patron de LVMH, dans le cadre de la demande de naturalisation introduite par Bernard Arnault.

Le parquet bruxellois enquête depuis deux mois sur les sociétés établies en Belgique par Bernard Arnault, le grand patron de LVMH. L’enquête, menée par Walter Quirynen, chef de la section financière du parquet de Bruxelles, a été entamée en septembre dernier, dans le cadre de la demande de naturalisation introduite par Bernard Arnault.

Les nombreuses sociétés créées par l’homme d’affaire français dans notre pays ont rapidement suscité un certain nombre d’interrogations. Ainsi, parmi ces sociétés, une dizaine sont domiciliées dans un appartement schaerbeekois ne payant pas de mine, où habite un administrateur belge du groupe d’Arnault.


Une de ces sociétés, Pilinvest, a vu son capital augmenter de 386 millions d’euros voici un an pour atteindre 3,3 milliards d’euros. Cette entreprise possède des participations chez Christian Dior et LVMH en France, mais en même temps, elle ne remplit pas ses obligations en matière de remise des comptes annuels.
Une autre société, LVMH Finance Belgique, est un holding créé pour pouvoir profiter de certains avantages fiscaux propres à la Belgique, comme les intérêts notionnels. Plusieurs augmentations de capital successives ont porté le capital du holding à 3,755 milliards d’euros.


Du côté du parquet bruxellois, on refuse de commenter les motifs de l’enquête. Et chez LVMH, on ne se montre guère plus bavard. Les transferts d’actifs n’auraient rien à voir avec la situation personnelle de Bernard Arnault. Même si l’homme d’affaire de 63 ans vient de créer une fondation en Belgique pour régler ses affaires successorales.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n