mon argent

Immo: les prix se stabilisent

©Jack Smith Le marché immobilier belge se stabilise, annonce ce jeudi Standard&Poor's. ©LANDOV/MAXPPP

Pas de chute brutale des prix attendue, mais plutôt une stabilisation. C'est ce qu'attend Standard and Poors pour le marché immobilier belge en 2012 et 2013.

Le marché de l'immobilier belge s'est stabilisé au premier semestre 2011 et le ralentissement devrait continuer en 2012 et 2013, selon une étude réalisée par Standard & Poor's. Il ne devrait pas non plus y avoir de chute brutale des prix.

Lors des deux décennies précédant la crise financière de 2008, les prix de l'immobiler belge n'ont cessé de grimper. Même si la hausse n'a pas été aussi forte en Belgique qu'en Espagne ou en Irlande, la correction a été la plus faible et la plus brève de la zone euro (-1,2% sur le semestre 2009 en termes réels ), indique encore l'étude.

S&P's a encore établi quelques tendances de fond sur le marché immobilier belge:

  • l'offre reste limitée -particulièrement en Flandre -, notamment en raison des superficies disponibles, de la densité de la population et des avantages fiscaux.  La demande continue de croître, le nombre de ménages progressant plus vite que la population.
  • la situation des ménages: les ménages belges disposent d'un patrimoine financier parmi les plus élevés en Europe. Leur endettement a augmenté, mais reste modéré en regard de la moyenne de la zone euro (90% du revenu disponible et 55% du PIB au 1er trimestre 2012, contre 103% et 65% respectivement pour la zone euro).  D'après les analystes, le revenu disponible des ménages va probablement diminuer de 1,0% en 2012 avant d'augmenter légèrement en 2013. Pour différentes raisons. Premièrement, les analystes s'attendent à ce que le marché du travail se détériore: ils anticipent une hausse du taux de chômage  de 7,8% en 2012 à 8,0% en 2013. Deuxièmement, l'impôt sur la richesse et le revenu va augmenter de 5,0% dû à une consolidation des mesures fiscales en Belgique. Enfin, les revenus financiers nets vont très probablement diminuer suivant la diminution des taux d'intérêt et des dividendes.
  • Indice S&P d'accessibilité au logement : rapporté au revenu des ménages, le coût mensuel du crédit (intérêts compris) indique une détérioration de l'accessibilité au logement entre 2001 et 2007.  Depuis 2007, l’indice s’est redressé puis stabilisé.  Selon cet indice, les prix seraient surévalués de 30% environ en Belgique (à mars 2012 ), mais restent néanmoins attractifs. Bien que les taux d'intérêt baissent, l'accès aux crédits devient de plus en plus difficile. Les analystes anticipent une stabilisation des taux d'intérêt, à un faible niveau, de 2012 à 2013, parce qu'ils ne s'attendent pas à ce que la Banque Centrale Européenne augmente ses principaux taux de refinancement en 2013. Mais pour les crédits à l'immobilier, le taux de croissance est négatif depuis le début de l'année (-2% environ).

 


Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés