L'éolien va coûter 5,7 milliards à la Belgique

En 2020, la Belgique pourrait disposer d'un parc éolien représentant une puissance de 5.117 MW. ©Belga

Le développement de l’éolien en Belgique est étroitement lié aux soutiens financiers publics. Entre 2013 et 2020, ils représenteront 5,7 milliards d’euros pour les Belges.

La Belgique suit sa trajectoire en matière d’implantation d’éoliennes sur son territoire. Pour rappel, le royaume s’est donné comme objectif de disposer d’ici 2020 d’un parc éolien représentant une capacité de production de 4.320 MW. A peu de choses près, cela représente plus du double des capacités de production des centrales nucléaires de Doel 3 et Tihange 2 qui ont été à l’arrêt pendant prêt d’un an.

Le pays pourrait même faire mieux et dépasser cet objectif, à en croire les projections réalisées par le bureau de consultance Sia Partners, spécialisé dans l’énergie. "Les efforts doivent certainement continuer car nous n’avons réalisé qu’un tiers de l’objectif total que nous devons atteindre en 2020", note Jean Trzcinski, senior manager chez Sia Partners. "Mais les dernières projections nous laissent à penser que nous réaliserons nos objectifs de 4.320 MW. Ceux-ci seront même vraisemblablement dépassés pour atteindre 5.117 MW, ce qui correspondrait à 20% de mix énergétique actuel en terme de puissance installée".

Hausse de 28% des capacités

Outre les 7 parcs d’éoliennes offshore en développement au large de la mer du Nord et qui représenteront une capacité de 2.317 MW d’ici 2017, le parc onshore devrait accueillir 1.800 MW supplémentaires d’ici 2020 via l’implantation de nouvelles éoliennes terrestres, pour représenter à terme un total de 2.795 MW.

Au niveau géographique, les 5.117 MW estimés par Sia Partners pour 2020 se répartissent entre la Flandre (1.180 MW d’éoliennes onshore), la Wallonie (1.615 MW) et la mer du Nord (2.317 MW).

La Belgique suit donc sa trajectoire. Et rien que sur l’année 2012, le pays a augmenté sa capacité éolienne de 28%. "Nous sommes au-dessus des objectifs que nous nous étions fixés. 1.375 MW sont installés alors que le pays visait comme objectif 1.223 MW", souligne le consultant. Et au niveau de l’ensemble de la consommation d’électricité du pays, l’éolien a représenté 3,7% de la production d’électricité en Belgique l’an passé.

D’après différentes études menées par l’EWEA (l’European wind energy association) et compilées par Sia Partners, la Belgique n’est donc pas un mauvais élève et se classe au milieu du peloton européen. Sur base des chiffres de 2012, la capacité installée dans l’éolien représente une puissance de 123,9 KW pour 1.000 habitants. Ce niveau nous classe à la 14e place, loin derrière le Danemark qui occupe la tête du classement avec une production éolienne de 745,8 KW pour 1.000 habitants, et sous la moyenne européenne qui est de 210,5 KW pour 1.000 habitants.

Large soutien public

Cette situation n’aurait certainement pas pu être atteinte sans les aides financières et les mécanismes de soutien via des certificats verts mis en place par les trois Régions.

Rien que pour 2013, ces "subsides", qui sont proportionnels à la capacité produite, pourraient s’élever à 350 millions d’euros. C’est donc bien plus que les 218 millions d’euros déboursé en 2011, selon les estimations formulées à l’époque par la Creg, le gendarme des marchés du gaz et de l’électricité.

Avec une facture qui devrait se chiffrer à 1,1 milliard à l’apogée de l’éolien en Belgique en 2020, les citoyens et les entreprises belges auront déboursé 5,7 milliards d’euros entre 2013 et 2020 (3,5 milliards pour l’éolien offshore et 2,2 milliards pour l’onshore). "C’est le montant total que nous avons calculé au niveau des coûts des certificats verts pour l’éolien en Belgique si la politique de soutien reste inchangée", conclut Jean Trzcinski.

La facture pourrait cependant être ramenée à un peu plus de 5 milliards d’euros si le secrétaire d’Etat à l’Energie parvient à faire passer sa réforme du soutien à l’éolien offshore.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Partner content