La Belgique expulse un diplomate russe

©BELGA

A l'issue d'un conseil des ministres restreint qui s'est tenu ce mardi en fin d'après-midi, la Belgique a pris la décision de renvoyer un diplomate russe.

La Belgique a décidé de procéder au renvoi d'un membre du personnel diplomatique de la mission russe. C'est ce qu'a annoncé ce mardi le Premier ministre, Charles Michel, dans un communiqué. Cette décision sera signifiée à l'ambassadeur russe en Belgique dans les 48 heures.

"C'est une décision de solidarité avec nos partenaires de l'UE et de l'OTAN, mais aussi une volonté de poursuivre un dialogue direct et franc avec notre partenaire russe."
Didier Reynders
Ministre des Affaires étrangères


La personne concernée aura 14 jours pour quitter le territoire. Le secrétaire-général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, avait annoncé par ailleurs cet après-midi que la mission russe auprès de l'Organisation ne compterait plus que 20 membres: l'accréditation de sept personnes sera retirée et l'accréditation demandée pour trois autres personnes sera refusée.

Depuis les premières annonces lundi d'expulsions massives de diplomates russes en poste en Amérique du Nord et en Europe, la Belgique est le 18e pays de l'UE à prendre une telle décision.

"La Belgique a très tôt condamné l'attaque et témoigné de sa solidarité à l'égard de la Grande-Bretagne appelant à une coordination au niveau européen pour la réponse à donner", a relevé le Premier ministre dans son communiqué. Il précise que l'expulsion du diplomate de la mission russe à Bruxelles a été décidée après concertation avec les partenaires de l'UE et de l'Otan.

"En tant que siège de l'Otan et conformément à l'accord de siège qui la lie à cette institution, la Belgique appliquera loyalement les décisions prises par l'Otan."
Charles Michel

"Compte tenu de la gravité des événements de Salisbury et de la haute probabilité de l'implication de la Russie dans cette attaque, nous considérons que cette mesure est pleinement justifiée", ajoute Charles Michel. "En tant que siège de l'Otan et conformément à l'accord de siège qui la lie à cette institution, la Belgique appliquera loyalement les décisions prises par l'Otan", souligne-t-il aussi.

"Nous ne pouvons que le regretter. La Russie va réagir à cette démarche. Nous serons guidés par le principe de réciprocité", a déclaré l'ambassadeur de Russie à Bruxelles, Alexandre Tokovinine sur les ondes de La Première, sans donner plus de précisions. "Cette escalade, ce n'est pas notre choix", a-t-il ajouté.

Les pays européens ont pris cette décision à la suite de l'empoisonnement d'un ex-espion russe et de sa fille en Grande-Bretagne. Cet empoisonnement survenu le 4 mars à Salisbury (sud-ouest de l'Angleterre) a pris des allures de confrontation Est-Ouest, les alliés occidentaux désignant la Russie d'une même voix. Sergueï Skripal et sa fille Ioulia, également victime de l'agent neurotoxique soviétique de type "Novitchok" d'après Londres, sont toujours hospitalisés dans un état critique.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content