La "Belgique" troisième créancier des États-Unis

©BELGA

Du haut de ses 300 milliards de dollars de titres déposés sur des comptes belges, notre pays suit désormais la Chine et le Japon au classement mondial des détenteurs de dette américaine, selon les données publiées par Washington ce mardi.

Notre petit royaume vient de grimper sur la troisième marche du podium international des détenteurs de dette américaine, devant l’ensemble des pays exportateurs de pétrole et des centres bancaires des Caraïbes. La Belgique détenait en début d'année plus de 310 milliards de dollars, selon les statistiques brutes publiées ce mardi par le Trésor américain.

Sur le seul mois de janvier, le montant des obligations US conservées en Belgique a bondi de 53,5 milliards de dollars. Alors que la Chine et le Japon, les deux plus grands créanciers des États-Unis, n'ont acheté ensemble que 22 milliards. Depuis la fin du mois de novembre 2013, le portefeuille belge a gonflé de 100 milliards de dollars. À titre de comparaison, c'est grosso modo comme si un tiers de notre produit intérieur brut de l'année passée avait été investi en bons du Trésor américain.

Comme L'Echo le signalait il y a deux semaines, la position attribuée à notre pays est biaisée par la présence de dépositaires centraux internationaux de titres, comme Euroclear Bank (nous y reviendrons). En résumé, ces organismes conservant les titres acquis par leurs clients sur des comptes ouverts auprès de la Banque Nationale sont repris sous l'étiquette "Belgique" dans les données des trésoriers de Washington.

Tout l'intérêt de la question porte dès lors sur l'identité des clients de ces dépositaires centraux (les plus grands noms de la finance, mais lesquels exactement) et l'importance croissante des centres financiers basés à Bruxelles (avec la tentation de voir la Belgique comme une gigantesque blanchisserie de capitaux).

 

Plus d'explications à suivre bientôt...

 

Des suggestions, questions ou remarques?
N'hésitez pas à contacter l'auteur par mail francois.remy@lecho.be 
et suivez-le sur les réseaux sociaux via @francois_remy

 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés