1

La Belgique va-t-elle se doter d'une nouvelle centrale nucléaire?

©Belgaimage

La construction d'une nouvelle centrale nucléaire figure parmi les scénarios étudiés par le gouvernement selon Charles Michel, qui a toutefois rappelé ce jeudi à la Chambre que son ambition était de concrétiser le pacte énergétique cette année.

Le gouvernement fédéral a intégré parmi ses pistes de réflexion sur le pacte énergétique la construction d'une nouvelle centrale nucléaire, une information révélée par La Libre ce jeudi. Charles Michel est toutefois resté très évasif à la Chambre ce jeudi et a simplement répondu que "toutes les possibilités pourraient être envisagées". Une réponse très vague qui ne manquera certainement pas d'inquiéter ceux qui croient que le gouvernement ne finalisera finalement pas le pacte énergétique comme il était initialement prévu.

"Mon ambition est bien entendu de concrétiser le pacte cette année."
Charles Michel

"Ce gouvernement a pris des responsabilités sur la sortie du nucléaire dès 2025. L'objectif est de développer le meilleur pacte énergétique qui font coïncider plusieurs principes qui ne sont pas concordants. Nous voulons plus de précisions, notamment sur l'impact sur la facture des clients, pour avoir une connaissance totale et complète. Mon ambition est bien entendu de concrétiser le pacte cette année", a expliqué Charles Michel en réponse à plusieurs questions sur les avancées du pacte énergétique, actuellement bloqué par la N-VA.

"Vous ne faites que de faire plaisir à la N-VA. Moi je soutiens le pacte énergétique de Marie-Christine Marghem qui est encore membre de votre parti si je ne me trompe. Nous soutenons la sortie du nucléaire et ce ne sont pas les conservateurs qui vont nous en empêcher", a répliqué avec colère le député Ecolo Kristof Calvo.

Le MR se veut rassurant

Le président du MR Olivier Chastel a tenu à rassurer tout le monde jeudi soir sur le plateau de "Jeudi en prime" en démentant cette possibilité. "Il n’est pas du tout question d’une nouvelle centrale nucléaire. Le chiffrage demandé nous permettra de démontrer que c’est impayable", a-t-il indiqué. Ce vendredi, le gouvernement en comité restreint (kern) a pris la décision d'exclure cette hypothèse.

"Le scénario de la construction d’une nouvelle centrale nucléaire en 2040 est purement théorique, il s’agit d’un point de comparaison."
Marie-Christine Marghem

La ministre fédérale de l’Energie, Marie Christine Marghem, a indiqué que "le chiffrage de la construction d’une nouvelle centrale nucléaire ne sera pas présenté au comité ministériel restreint", tout en rappelant le mandat qu'elle a reçu du kern est d'établir un chiffrage basé sur l’accord de gouvernement prévoyant la sortie du nucléaire en 2025, la sécurité d’approvisionnement, la sécurité tout court et les accords de Paris.

Fin de l'année dernière, la N-VA a refusé d'avaliser le pacte d'énergétique au motif que la sortie du nucléaire en 2025, prévue par l'accord de gouvernement, ne permettait pas à ce stade de rencontrer les objectifs d'approvisionnement de l'électricité et de maintien du niveau de coût. Le gouvernement fédéral a dès lors invité le professeur de l'université de Gand Johan Albrecht (Itinera) ainsi que le Bureau du plan à chiffrer l'impact de différents scénarios.

Olivier Chastel s'est par ailleurs dit favorable à un gouvernement Michel II avec la N-VA en 2019, rappelant que l'objectif d'un parti était de "réaliser son programme électoral". Il s'est félicité des accents libéraux engrangés par l'équipe gouvernementale actuelle et considère que la formation nationaliste flamande est le parti "qui a fait le plus de concessions" à commencer par l'abandon de ses exigences institutionnelles.

Critiques virulentes de l'opposition

"Vous avez répondu que 'vous étudiez toutes les possibilités' à ma question de savoir si vous envisagiez de construire une nouvelle centrale nucléaire. Vous l'envisagez donc", a indiqué Raoul Hedebouw (PTB). "Je n'entends pas de démenti à propos de l'étude sur la construction d'une nouvelle centrale nucléaire. Est-ce l'agenda caché?" du gouvernement, s'est demandé Michel de Lamotte (cdH).

"Pourquoi réaliser ce genre d'étude si le gouvernement voulait vraiment sortir du nucléaire? Encore un diktat de la NVA? Encore un revers pour le premier ministre fantôme?", s'est interrogée Karine Lalieux (PS). "De mieux en mieux...", a observé pour sa part Jean-Marc Nollet (Ecolo).

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content