La Justice saisie des littératures salafistes de la grande mosquée

©Photo News

Le patron des renseignements était entendu hier suite aux révélations sur les cours donnés à la grande mosquée de Bruxelles. Certains profs actifs dans l’enseignement belge ont pu passer par ces cours teintés d’appels au meurtre. L’Exécutif des musulmans de Belgique est jugé trop proche des Etats turc et marocain par l’Ocam.

La sidération demeure dans les rangs de la commission de suivi des attentats de Bruxelles. Hier, le patron de l’Ocam, l’Organe de coordination pour l’analyse de la menace, était invité à s’expliquer, à huis clos, sur le rapport dévoilé la semaine dernière par "La Libre Belgique".

Paul Van Tigchelt n’a évidemment pu que confirmer son contenu "épouvantable" (dixit un député): l’utilisation par la grande mosquée de Bruxelles de manuels rédigés en langue arabe appelant au meurtre dans le cadre de ses formations. On parle ici d’une littérature à caractère antisémite, homophobe, appelant globalement à la destruction des "mécréants" parmi lesquels figurent d’ailleurs des musulmans dont l’exercice du culte s’écarte des préceptes prodigués par le wahhabisme saoudien via la grande mosquée de Bruxelles.

Certains passages ultra-violents faisaient l’objet de lectures obligatoires, a-t-il été précisé. La question de savoir si ces textes et leur diffusion relevaient du pénal a été soulevée à l’occasion de l’audition d’hier. Le directeur de l’Ocam a indiqué que la Justice avait été saisie des éléments repris par le rapport, confirment plusieurs sources.

Des dizaines de profs

L’Ocam précise par ailleurs que plusieurs dizaines de professeurs de religion musulmane ont pu sortir chaque année de ces formations, non sans décrocher des postes dans l’enseignement délivré en Belgique. "Nous plaidons pour que les Communautés soient alertées et qu’un message clair soit adressé aux professeurs de religion islamique", réagit le député Georges Dallemagne (CDH), rejoint par son collègue du MR, Richard Miller. "La Communauté française s’est pourtant souvent inquiétée du contenu des formations délivrées en langue arabe", ajoute ce dernier en déplorant que ce problème n’ait, en réalité, pas été une priorité des renseignements belges pendant 15 ans.

"Il faut prévenir les Communautés et délivrer un message aux profs de religion."
Georges Dallemagne
député CDH

Richard Miller s’interroge aussi sur l’influence que ces livres ont pu avoir sur la radicalisation de certains individus en Belgique. Chez nombre de députés, l’incompréhension est totale quant au fait que ce rapport soit le premier à se pencher sur cette question.

L’Ocam a par ailleurs exprimé un certain nombre de réserves quant à l’indépendance de l’Exécutif des musulmans de Belgique par rapport aux Etats marocain et turc. Un constat important alors que l’Exécutif était appelé à participer la reprise de la gestion de la grande mosquée de Bruxelles. Rappelons que le gouvernement belge a annoncé la rupture de la convention qui lie l’Etat belge et la Ligue islamique mondiale et donc à l’Arabie saoudite, pour l’occupation de cet édifice planté dans le parc du Cinquantenaire et propriété de la Régie des Bâtiments. Cette annonce faite en mars n’a apparemment toujours pas été suivie d’effets, ce qui pourrait s’expliquer par les réticences à confier ce lieu de culte à l’Exécutif des musulmans de Belgique.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content