La N-VA perd un relais au sommet du Comité P

©BELGA

Le Comité P a dû se séparer de Jack Vissers (N-VA), appelé à devenir chef de zone de la police locale à Schoten, près d’Anvers.

Équilibre politique rompu à la tête de l’organe de contrôle de la police. Le Comité P a en effet dû se séparer de Jack Vissers (étiqueté N-VA), appelé à devenir chef de zone de la police locale à Schoten, près d’Anvers. Résultat, des trois membres effectifs assistant la présidente, Kathleen Stinckens, et le vice-président, Guy Cumps, seul un néerlandophone subsiste pour un francophone.

"C’est un choix professionnel, sans lien avec le Comité P."

Il en va respectivement d’Herman Daens (étiqueté Open Vld), ancien procureur du Roi d’Audenarde, et d’Antonio Caci (étiqueté PS), venu tout droit de l’Institut Emile Vandervelde (IEV) où il suivait les matières liées à la sécurité, à l’intérieur et à la défense, après avoir été conseiller du groupe PS à la Chambre et présidé le comité stratégique de l’Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN).

Dans les rangs de la N-VA, on se limite à décrire l’homme en partance, après trois ans de service pour un mandat de normalement six ans, comme un "bon policier", lui qui a précédemment été chef de corps adjoint à Brasschaat, fief de l’ex-ministre de l’Intérieur Jan Jambon. "C’est un choix professionnel, sans lien avec le Comité P", confie une autre source.

Pour ce qui est du remplacement de l’intéressé, la procédure de recherche de premier suppléant néerlandophone du Comité permanent de contrôle des services de police est en cours. Mais le dossier est mis entre parenthèses depuis les élections.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect