Le petit-fils d'Albert Frère ne fera pas de vieux os à la BNB

Gérald Frère (à gauche) avait cédé sa place à la BNB à son fils Cedric (à droite) en mai 2018. ©BELGA

L'arrivée au conseil de régence de la Banque nationale de Belgique du petit-fils d'Albert Frère avait suscité de vives contestations. Selon le magazine "Knack", Cédric Frère ne sera pas réélu lors de la prochaine assemblée générale de l'institution.

En mai de l'année dernière, Cédric Frère faisait son entrée au conseil de régence de la BNB... un peu comme si le poste occupé par son grand-père dès 1980, puis par son père, était héréditaire. C'est en tous les cas le sentiment partagé à l'époque par beaucoup.

"Au moins Gérald Frère était-il passé par le collège des censeurs de la Banque nationale où il avait démontré certaines capacités avant d’intégrer le conseil de régence. Ici, le petit-fils d’Albert Frère n’a pas encore réellement fait ses preuves, même si son grand-père plaçait beaucoup d’espoirs en lui", entendait-on.

Il semble que l'histoire de Cédric Frère (35 ans) et de la BNB soit pourtant déjà sur le point de se terminer. Selon l'hebdomadaire flamand "Knack", il ne sera pas réélu lors de la prochaine assemblée générale du 20 mai. L'information a été confirmée par le cabinet du ministre des Finances, Alexander De Croo (Open Vld).

Qui pour le remplacer? "Nous considérons que le conseil de régence peut continuer de fonctionner ainsi",affirme-t-on au cabinet, preuve  qu'un gouvernement en affaires courantes ne se penche pas sur des nominations non prioritaires.  "Ce sera au prochain ministre des Finances de décider des nominations." Il devra avoir à coeur de respecter le projet de loi actuellement discuté au Parlement et qui vise d'ici 2020 à compter minimum un tiers de femmes dans les instances dirigeantes. À cette heure, Fabienne Bister est l'unique représentante féminine du conseil de régence. 

Le problème serait-il féminin... ou politique?

De Croo aurait voulu que la prochaine assemblée valide la nomination de femmes aux postes vacants du conseil. Trois postes, en fait. Car outre le mandat de Frère, ceux de Edwin De Boeck (service d'études de la N-VA) et de Robert Vertenueil (président de la FGTB) ne seront pas non plus reconduits. Tous deux étaient en poste depuis un an, mais dans des mandats repris à d'autres.

Selon certaines sources, la volonté du ministre se serait heurtée au refus de la N-VA. Le parti aurait dû trouver une femme pour remplacer De Boeck; le PS une femme pour succéder à Vertenueil, et le MR, une femme pour remplacer Frère. "Pourquoi un gouvernement minoritaire en affaires courantes pourrait-il encore faire des nominations?" indique-t-on à la N-VA. 

La place du vice-gouverneur reste aussi vacante. Le gouverneur, Pierre Wunsch, étant francophone, ce poste devrait revenir à un Flamand.

Rappelons que les régents forment avec les membres du comité de direction, le conseil de régence. Celui-ci équivaut plus ou moins au conseil d'administration des autres sociétés. 

Enfin, un projet de loi d'Alexander De Croo vise aussi, outre la présence des femmes à la BNB, à supprimer le collège des censeurs (sorte de comité d'audit de l'institution). Une partie de ses membres intégreront le conseil de régence qui compterait désormais 4 représentants supplémentaires.   

©MEDIAFIN

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect