Publicité
Publicité

Nucléaire: la ministre Marghem a-t-elle menti au Parlement ?

©BELGA

Oui, selon les écologistes du nord et du sud du pays. Ils accusent la ministre de l'Energie d'avoir manipulé mardi dernier à la Chambre un avis juridique sur la prolongation des réacteurs nucléaires de Doel. Pour eux, Marie-Christine Marghem doit des explications au Parlement.

Ecolo et Groen affirment avoir pu consulter la note juridique externe utilisée par Marie-Christine Marghem (MR) dans les débats parlementaires sur la prolongation des réacteurs nucléaires. Selon les écologistes, la ministre de l'Energie a "omis d'inclure les conclusions retenues par les juristes qu'elle a consultés".

Invité de Martin Buxant (L'Echo) sur les ondes de Bel RTL ce mardi matin, le chef de groupe Ecolo au parlement fédéral, Jean-Marc Nollet, remet le couvert. Il parle clairement de "manipulation".

"Ce ne sont pas des petites erreurs techniques, c'est plus grave"

"L'avis juridique que la ministre a présenté aux parlementaires la semaine dernière est un plagiat incomplet. En affirmant ne pas avoir eu recours à un cabinet d'avocats, en modifiant certains passages et en mettant de côté la conclusion de l'avis juridique qu'elle a reçu, la ministre Marghem a manipulé le dossier et a menti au Parlement et aux Belges", estiment les chefs de groupe Ecolo-Groen à la Chambre, Kristof Calvo et Jean-Marc Nollet.

Les deux députés écologistes vont plus loin. Pour eux, le Conseil d'Etat et l'Agence fédérale de Contrôle nucléaire (AFCN) avaient déjà pointé les manquements juridiques du projet de la ministre Marghem. C'est en réponse à ces critiques et aux questions des parlementaires que la ministre a sorti cette note juridique manuscrite. "Soit disant rédigée de sa propre main, cette note a en fait été rédigée par le bureau d'avocats Janson. La ministre s'est contentée de barrer les passages gênants et de remplacer quelques mots", a encore insisté Jean-Marc Nollet.

Pour Ecolo et Groen, ce "mensonge" porte atteinte à la crédibilité de la ministre et de sa méthode de travail. "Ce ne sont pas des petites erreurs techniques, c'est plus grave. La ministre doit s'expliquer en commission le plus vite possible et expliquer pourquoi son avis juridique repose sur un plagiat partiel".

 

L'interview complète de Jean-Marc Nollet

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés