1

"Rénover le stade Roi Baudouin aurait coûté moins cher"

©BELGA

Alors qu'on attend la décision de l'UEFA sur l'Euro 2020 en Belgique, Didier Reynders rappelle s'être toujours interrogé sur la décision de Bruxelles d'opter pour le parking C pour son nouveau stade plutôt que de repenser l'actuel stade Roi Baudouin.

Alors qu'on attend ce jeudi la décision de l'UEFA quant à l'organisation de l'Euro 2020 en Belgique, le ministre des Affaires étrangères n'a guère apporté son soutien au projet.

Oui, organiser un événement international sur le sol belge est toujours bon en terme d'image pour le pays mais Didier Reynders regrette l'entêtement de Bruxelles dans l'installation de son nouveau stade sur le parking C du Heysel.   

"Depuis le début, je ne pas comprends pourquoi la Région bruxelloise a choisi d'implanter son stade en dehors de son territoire, à Grimbergen, en Flandre avec toutes les difficultés qu'on voit maintenant. Alors qu'elle a un stade, le stade Roi Baudouin, qu'on aurait probablement pu rénover ou reconstruire," explique-t-il sur les ondes de Bel RTL.

©BELGA

Pour Didier Reynders, cette option aurait probablement coûté moins cher. "On aurait même pu demander à toutes les autorités du pays de participer à la démarche, en ce compris le Fédéral. Le choix a été différent, à savoir 'on fait soi-même'. On voit où on en est aujourd'hui."

Le stade Roi Baudouin ne répondant plus aux normes de l'Union européenne de football est promis à la destruction pour faire place à un nouveau quartier dans le cadre du projet Neo.

Quoi qu'il en soit, les péripéties autour de l'Eurostadion pourraient, selon Didier Reynders, porter atteinte à l'image de la Belgique car avoir un événement sportif de l'ampleur de l'Euro, sans avoir la Belgique parmi les nombreuses villes organisatrices est dommage.

Délai supplémentaire ou remplacement pur et simple?

La Belgique est aujourd'hui la seule des 13 villes européennes candidates à l'Euro 2020 à ne pas être en ordre de marche par rapport à son dossier de candidature. L'incertitude règne toujours quant à la sortie de terre du stade de 60.000 places annoncé.

En coulisse, il se dit ainsi que Stockholm pourrait prendre la place belge sur la liste mais également Rome, Amsterdam ou Cardiff. Il se dit aussi que la Belgique pourrait obtenir un délai supplémentaire jusqu'en janvier. 

Ghelamco, le promoteur du projet, espère toujours obtenir les permis pour débuter les travaux en février. La ville de Grimbergen a fin novembre émis un nouvel avis négatif sur le projet du stade pointant des lacunes en matière d'aménagement et de mobilité.  

On apprenait par ailleurs cette semaine, la colère d'une fonctionnaire de l'administration flamande face à ce qu'elle qualifie de "tromperie" de Ghelamco en matière de superficie du stade. Quant au concepteur du projet Neo sur le plateau du Heysel, il dénonçait l'utilisation envisagée par Ghelamco de la voirie prévue pour l'accès de Neo.

 

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content