Une armée plus petite mais mieux équipée

La Composante Air pourra acquérir jusqu’à six drones modernes (comme ici le "Reaper" américain) pour près de 500 millions d’euros. Ils remplaceront les vieux "B-Hunter", peu déployés. ©REUTERS

Le gouvernement a validé jeudi la "vision stratégique" qui doit dessiner les contours de l’armée belge à l’horizon 2030. Le document prévoit une augmentation substantielle du budget de la Défense, et l’acquisition de nouveaux matériels. Les effectifs de l’armée passeront de 32.000 personnes à 25.000.

Pari tenu. À quelques jours du sommet de l’Otan organisé les 8 et 9 juillet à Varsovie, le gouvernement Michel a validé jeudi une "vision stratégique" traçant les contours de l’armée belge à l’horizon 2030. Un document qui prévoit une augmentation graduelle mais substantielle du budget de la Défense en parallèle à une nouvelle réduction importante des effectifs militaires.

Il était temps. Car actuellement, la Belgique se traîne en queue de peloton au sein de l’Alliance atlantique s’agissant des dépenses de défense, avec un budget militaire atteignant à peine 0,9% du PIB (moins de quatre milliards d’euros, pensions des militaires comprises).

Ce pourcentage devrait atteindre 1,2 à 1,5% du PIB en 2030. Une belle progression, mais qui restera encore inférieure aux demandes de l’Otan, qui prône un niveau de dépense de 2% du PIB d’ici 2024. Autre amélioration que le Premier ministre Charles Michel devrait pouvoir mettre en avant dans la capitale polonaise: une petite rallonge de 200 millions d’euros par rapport aux budgets (en baisse) prévus pour le reste de la législature. De quoi garantir l’opérationnalité complète de l’Armée en ces temps difficiles, en satisfaisant au passage – du moins en partie – une autre requête de l’Otan, qui avait pressé en 2014 ses membres de mettre fin à l’érosion des budgets.

Les 2 nouvelles frégates coûteront un milliard. ©ANP Communique

Cette vision – et non plus "plan" – stratégique proposée par le ministre de la Défense, Steven Vandeput (N-VA) et endossée laborieusement par la coalition, prévoit un vaste programme d’investissements en matériel au cours des prochaines années, pour un montant de 9,2 milliards d’euros. Le programme le plus important sera l’achat de 34 nouveaux avions de combat multirôles pour succéder au cours de la prochaine décennie aux F-16. Il doit être ficelé à la fin de la législature. Le montant prévu s’élève à 3,592 milliards d’euros, y compris une ultime mise à jour des F-16 avant leur retrait et 114 millions pour une première modernisation des nouveaux appareils peu avant 2030.

La plus grosse dépense sera l’achat de nouveaux chasseurs, comme le F-35, pour 3,59 milliards. ©REUTERS

Les futures frégates seront dotées de capacités antimissiles (ABM).

La Défense pourra aussi acquérir deux nouvelles frégates multifonctionnelles (un milliard en 2017-2019 et 2022-2030) et six navires de lutte contre les mines (pour 932 millions durant la période 2021-2030) ainsi que six drones MALE (moyenne altitude, longue endurance): deux à court terme (2021-2025) pour 180 millions et quatre autres, européens, à plus long terme pour 310 millions. Les futures frégates seront dotées de capacités antimissiles (ABM) et pourront donc participer à un système "otanien" de défense contre les missiles balistiques. Autre nouveauté pour la Composante Air (l’ex-Force aérienne): l’acquisition d’un avion de ravitaillement en vol (MRTT) pour 300 millions d’euros et de quatre petits avions à décollages et atterrissages courts (STOL) destinés aux forces spéciales pour 130 millions.

Un avion de ravitaillement fera son entrée dans l’arsenal belge, pour 300 millions. ©EADS Defence&Security

La composante Terre, qui redoutait des coupes sombres, recevra 1,878 milliard d’euros pour moderniser son parc motorisé. Elle recevra notamment de nouveaux véhicules blindés (mais pas de chars, qui n’existent plus dans l’arsenal belge), sans perdre la moindre unité de combat. Au total, les effectifs des forces armées sont toutefois appelés à décroître, de 32.000 personnes (dont 2.000 civils) actuellement, à 25.000 (dont un millier de civils) d’ici 2030.

La composante Terre recevra 1,8 milliard pour remplacer ses véhicules, comme les "Dingo". ©BELGA

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés