La Flandre adopte, elle aussi, le pacte énergétique

Bart Tommelein, ministre flamand de l'Energie (Open Vld). ©BELGA

La Flandre a elle aussi décidé, vendredi, d’approuver le projet de pacte énergétique. L’information est passée un peu au second plan, suite à l’annonce par le gouvernement Michel d’un accord sur ce pacte et sur les métiers pénibles. Un pacte qui dispose donc maintenant de l’aval du Fédéral et des trois Régions.

"Le gouvernement flamand va transposer ce pacte énergétique en un plan d’action concret", souligne le ministre flamand de l’Energie Bart Tommelein (Open Vld). Il sera en effet intégré au plan flamand énergie-climat.

Ce pacte confirme la sortie du nucléaire en 2025, mais un comité de monitoring sera mis en place, qui incluera l’industrie, pour vérifier notamment que le prix de l’électricité reste abordable et que la sécurité d’approvisionnement est assurée.

"Il était important de déminer ce dossier sur le plan politique, ce qui vient d’être fait."
La FEB, l’uwe, Beci et le voka

Peu de politiques francophones se sont exprimés sur cette double approbation, à l’exception de Céline Fremault (cdH), ministre bruxelloise de l’Environnement, qui y voit un "pas dans la bonne direction".

"Il était important de déminer ce dossier sur le plan politique", ont réagi les quatre principales organisations patronales du pays, la FEB, l’UWE, Beci et le Voka, qui se montrent toutefois prudentes, et soulignent qu’elles vont analyser soigneusement les détails de l’accord, "car sa mise en œuvre requiert beaucoup de travail et va soulever de nombreuses questions. Une chose est claire: nous n’accepterons pas que la sécurité d’approvisionnement ou le prix de l’énergie pour notre tissu économique soient mis à mal." Mathieu Soete s’est dit, au nom de Greenpeace, "soulagé qu’une décision soit prise et que l’incertitude autour de la sortie du nucléaire soit terminée".


Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content