Land Invest vend les joyaux de la couronne

©Land Invest Group.

Triple Living favori pour la reprise du méga projet du site des abattoirs d’Anvers.

Land Invest Group, la société immobilière du lobbyiste Erik Van der Paal et de son partenaire néerlandais Marc Schaling, vend les joyaux de la couronne. Le groupe immobilier, qui s’est retrouvé au cœur de la tourmente à cause de ses supposés contacts étroits avec l’administration de la ville d’Anvers, a un besoin urgent de liquidités.

Il cherche un acquéreur pour deux projets prestigieux: le site des abattoirs d’Anvers et le projet Lins Tower, une tour d’habitation de 44 mètres de haut située aux portes du Linkeroever. Le groupe a signé une déclaration d’intention avec Triple Living, une coentreprise du baron anversois de l’immobilier Dirk Cavens et de la famille Paeleman.

55 millions
Rembourser Ogeo Fund
Dans les deux ans à venir, le promoteur devra aussi trouver plus de 55 millions d’euros pour rembourser le fonds de pension liégeois Ogeo Fund, son principal pourvoyeur de fonds et actionnaire.

Au plus tard à la fin du mois, Land Invest Group doit payer 18 millions d’euros à l’entrepreneur MBG, une filiale du groupe de construction CFE. Dans les deux ans à venir, le promoteur devra aussi trouver plus de 55 millions d’euros pour rembourser le fonds de pension liégeois Ogeo Fund, son principal pourvoyeur de fonds et actionnaire.

Ogeo Fund, auquel contribuent entre autres Nethys et la province de Liège, souhaite retrouver ses billes dans l’opération – au minimum. La Ville d’Anvers, est impliquée dans le projet des abattoirs via la société publique AG Vesta, souhaite elle mettre fin dès que possible à ses liens avec Land Invest Group, pour couper l’herbe sous le pied des critiques des partis de l’opposition Groen et sp.a sur sa politique de permis relative au projet.

80%
Une dette de 121 millions
Land Invest Group doit faire face à une dette de 121 millions d’euros, soit l’équivalent de 80% de son total bilantaire.

Land Invest Group doit faire face à une dette de 121 millions d’euros, soit l’équivalent de 80% de son total bilantaire. Une partie importante de cette dette – soit 51 millions d’euros – représente un emprunt obligataire généreusement accordé par Ogeo Fund au cours des dernières années.

Ogeo Fund, le 5e plus gros fonds de pension en Belgique – 1 milliard d’euros environ d’actifs sous gestion et quelque 4.000 bénéficiaires –, subit de son côté la pression de l’autorité de contrôle, la FSMA, pour réduire aussi rapidement que possible la créance qu’il détient à l’encontre de Land Invest Group.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content