7% des crédits hypothécaires sous moratoire

Pour Pierre Wunsch, le gouverneur de la BNB: "L'octroi de crédits est resté assez stable en avril et mai." ©BELGA

Les ménages et les entreprises belges ont suspendu les remboursements d'un volume total de plus de 34 milliards d'euros de crédit, ressort-il d'un rapport de la BNB.

Quelque 7% des crédits hypothécaires font actuellement l'objet d'un moratoire, révèle le rapport de stabilité financière de la Banque nationale de Belgique (BNB). Cela représente un total sous-jacent de 12,5 milliards d'euros.

Les entreprises ont elles aussi eu massivement recours aux reports de remboursement de crédit, entrés en vigueur pour toutes les sociétés affectées dans leurs activités par la pandémie et le confinement conséquent. Pas moins de 12% des crédits professionnels ont ainsi été suspendus jusqu'à présent, pour un volume sous-jacent d'environ 22 milliards d'euros.

Les PME et les indépendants ont davantage sollicité leur banque dans cette optique puisque ce sont 14% de leurs crédits qui ont été reportés, pour un montant sous-jacent de 12,5 milliards d'euros.

Capitaux solides

34
milliards d'euros
Les crédits faisant l'objet d'un moratoire réprésentent un volume sous-jacent de plus de 34 milliards d'euros.

Jean Helgers, le directeur de la BNB, s'est aussi attardé sur la solidité des établissements financiers belges. Au total, les banques disposent actuellement de quelque 80 milliards d'euros de "tampon" en réserve. "C'est une bonne capacité d'absorption", a-t-il estimé.

Ce montant est la conséquence des réglementations entrées en vigueur à la suite de la crise financière de 2008-2011. Au début de la pandémie, la BNB a relâché ses exigences macroprudentielles afin d'encourager les banques à prêter aux entreprises en difficulté. Pas moins de deux milliards d'euros ont ainsi été dégagés.

Le montant des prêts garantis par l'Etat demeure néanmoins relativement faible, étant donné qu'à peine plus de 700 millions d'euros font actuellement l'objet de cette assurance, alors que le fédéral s'est engagé à hauteur de 50 milliards d'euros.

"L'octroi de crédits est resté assez stable en avril et mai", a commenté Pierre Wunsch, le gouverneur de la BNB. Si la part de crédits garantis est si faible, c'est parce que de nombreux prêts s'étalent sur plus de douze mois, la durée maximale de la mesure. Un second plan est en cours de discussion à la Chambre et celui-ci va permettre de garantir des prêts aux PME pour une période de 36 mois.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés