Publicité

Environ 50.000 personnes dans les rues de Bruxelles pour le climat

Les manifestants ont pris le départ à partir de la gare du Nord peu après 13h. ©BELGA

Un nouveau comptage, encore non confirmé, des stewards qui encadrent la manifestation avec la police, fait état de la présence de 50.000 personnes.

À trois semaines de la COP26, la Coalition climat, qui chapeaute plus de 80 organisations de la société civile, a rassemblé des milliers de citoyens ce dimanche pour une grande manifestation à Bruxelles. Peu après 15h, quelque 50.000 personnes étaient recensées, selon les équipes de stewards qui encadrent la manifestation avec la police.

Cette nouvelle estimation ne peut cependant pas être encore confirmée, a indiqué à Belga Olivier Slosse, porte-parole de la zone de police Bruxelles-Capitale/Ixelles. Un comptage plus précis est encore en cours. Du côté des organisateurs, le chiffre de 70.000 participants a été avancé sur Twitter par Anuna De Wever, l'une des figures du mouvement.

"Nous attendons des mesures ambitieuses, solidaires et cohérentes."
Nicolas Van Nuffel
Président de la Coalition Climat

Après un an et demi de quasi-absence dans les rues en raison du contexte sanitaire, ONG, syndicats, mutualités, organisations de jeunesse et mouvements citoyens ont lancé un nouvel appel à la mobilisation de masse pour le climat. "Le message est simple: nous attendons des mesures ambitieuses, solidaires et cohérentes", indique le président de la Coalition Climat, Nicolas Van Nuffel.

24.000
participants
Plus de 24.000 personnes ont annoncé leur présence ou marqué leur intérêt pour la manifestation.

Les organisateurs avaient fixé le rendez-vous à 13h00 à la Gare du Nord de Bruxelles. Le cortège défile sur la petite ceinture et la rue de la Loi avant de rejoindre le Parc du Cinquantenaire, où des discours et animations sont prévus à partir de 16h00 en point d'orgue de la manifestation.

Avec les victimes des inondations

Des responsables de la Coalition climat y prendront la parole, accompagnés de victimes des inondations meurtrières de juillet - dont une étude a établi un lien avec le réchauffement climatique - ainsi que de femmes du peuple indigène Sarayaku en Equateur. Ces dernières témoigneront de leur combat contre l'exploitation illégale de leurs terres dans la forêt amazonienne par des compagnies pétrolières.

Afin de faciliter le déplacement des manifestants, la STIB a annoncé que son réseau serait libre d'accès entre 12h00 et 19h00. La SNCB renforcera également son offre de trains de et vers Bruxelles, au tarif réduit de 50%.

Les dirigeants de la planète sont attendus du 31 octobre au 12 novembre à Glasgow (Ecosse) pour la COP26.

Alors que le réchauffement climatique, causé par les activités humaines, apporte déjà son lot d'incendies, de sécheresses, de tempêtes et d'inondations partout dans le monde, les dirigeants de la planète sont attendus du 31 octobre au 12 novembre à Glasgow (Ecosse) pour la COP26.

L'un des principaux enjeux vise à garder l'objectif de réchauffement de +1,5°C "à portée de main", tout en visant la neutralité carbone en 2050. En clair: il faut réduire drastiquement nos émissions de gaz à effet de serre, mobiliser la finance et accélérer l'adaptation aux impacts.

Selon la dernière évaluation de l'ONU, les engagements actuels des Etats conduiraient, s'ils sont tenus, à un réchauffement "catastrophique" de +2,7°C, bien loin de l'objectif de l'accord de Paris de maintenir la hausse des températures sous la barre de +2°C, et si possible de +1,5°C.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés