Double floraison de l'arum titan à Meise

©DLi

Depuis 2008, le Jardin botanique de Meise a la chance d’assister à la floraison de ses plantes de Sumatra, l’arum titan. Cette année, c’est une double floraison à laquelle le parc assiste.

Grande première au Jardin botanique de Meise. Lundi, en quelques heures, deux des douze plants d'arum titan (Amorphophallus titanum), cette plante originaire de Sumatra, ont entamé leur floraison. Lundi soir, ils s'offraient aux visiteurs accueillis exceptionnellement en nocturne pour profiter du spectacle. Il est vrai que cette floraison ne dure que 72 heures.

Double floraison de l'arum titan au jardin botanique de Meise ©DLi

Le Jardin botanique de Meise est, avec le Jardin botanique de l'Université de Gand, le seul à disposer d'une telle plante en Belgique. Avec ses deux fleurs écloses, les botanistes de Meise espéraient pouvoir procéder à une pollinisation des fleurs mais la nature a bousculé les plans. En effet, pour une pollinisation réussie, il faut que les floraisons s'effectuent avec au moins un jour de différence. Si la floraison du second plant était prévue fin de cette semaine, les botanistes ont eu la surprise lundi après-midi d'assister à cette double floraison. Qu'à cela ne tienne, du pollen sera toutefois prélevé à Meise et envoyé à Gand.

L'arum titan est un vrai phénomène botanique. Il a été découvert en 1878 dans la jungle indonésienne de Sumatra. Son bulbe peut atteindre les 130 kg et sa "fleur" peut grimper jusqu'à 3 mètres. Son tubercule, à savoir sa feuille, peut lui s'élever jusqu'à 6 mètres.

©DLi
©DLi

L'autre particularité de cette plante est sans conteste l'odeur de chair en décomposition qu'elle relâche. Une astuce trouvée par le végétal pour attirer les abeilles friandes de viande et essentielles à sa pollinisation. Il est vrai qu'en milieu naturel, ces plantes peuvent pousser à des kilomètres l'une de l'autre. Il faut donc savoir attirer le chaland. La fleur femelle fécondée se transforme ensuite en baies rouges orangés.

L'arum titan dégage un odeur de chair en décomposition pour attirer les abeilles utiles à sa pollinisation. ©DLi

L'arum titan a fleuri pour la première fois à Meise en août 2008. En trois jours, cette floraison a attiré 8.000 visiteurs. Succès de foule réitéré lors des floraisons de 2011, 2013 et 2016. Pour cette double floraison, le Jardin botanique annonce qu'il restera ouvert ce mardi soir encore jusqu'à 22h.

Le jardin botanique de Meise compte 12 plants d'arum titan. ©DLi

Meise, 220 ans d'histoire

Le Jardin botanique de Meise, c'est quelque 92 hectares de verdure aux portes de Bruxelles. Au fil des sentiers, il permet d'évoluer entre magnolias, rhododendrons, orchidées, marécages, sous-bois. La grande verrière, où s'épanouit notamment l'arum titan, complète le paysage.

Les serres du jardin botanique de Meise ©DLi

Le jardin a perdu ses lettres royales avec la réforme de l’état de 2001 régionalisant le secteur de l’agriculture. Mais son histoire débute en 1796 au centre de Bruxelles, à la Montagne du Parc par la volonté de l’Empire napoléonien. Vite, les briques de la future bibliothèque royale remplacent la verdure. Schaerbeek accueille le jardin au lieu désormais connu du Botanique.  Mais Bruxelles continue sa mue. La jonction ferroviaire Nord-Midi rend à nouveau le jardin SDF.

La main tendue viendra du palais. Le Roi Léopold I, la famille royale est propriétaire d’un domaine à Meise. La princesse Charlotte y a vécu à son retour du Mexique. Mais depuis sa mort en 1927, les lieux sont inhabités. La guerre retardera le déménagement qui ne sera total qu’en 1970.

Un partage de frères

Depuis, les quelque 18.000 plantes entourent le château de Boechout et ses étangs. Avec certes encore une page importante de son histoire tournée en 2014 lors de son passage dans le giron régional. "Après 13 ans de discussions, communautés flamande et française sont enfin parvenues à un accord", explique Steven Dessein, administrateur général du Jardin. La communauté flamande est désormais propriétaire du terrain et des bâtiments. Elle dispose aussi de la gestion de 80% du site. La communauté française est présente au conseil scientifique et au conseil d’administration.

Cette répartition donne également lieu à l’intervention financière des pouvoirs publics. La communauté francophone paie ses 31 salariés sur place, scientifiques ou non. La Flandre fait de même pour ses 129  salariés. Pour sa responsabilité de gestionnaire, elle a également en 2014 versé 10,7 millions d’euros sur un budget disponible de plus de 12 millions d’euros. 

©Document jardin botanique de Meise

Expertise mondiale

Certes, une séparation pure et simple de ce patrimoine a été envisagée. "Cela aurait été très problématique pour la collection et les connaissances récoltées".

Le jardin regroupe en effet des plantes du monde entier, mais colonies belges africaines obligent, la flore de l’Afrique centrale est particulièrement bien représentée ainsi que les rubiacées (le caféier ou le gardénia), les euphorbiacées (le manioc ou l’hévéa).  

Le Jardin botanique de Meise, c’est aussi et avant tout une équipe de 34 scientifiques dont le travail est dédié à la compréhension de l’évolution de la biodiversité, l’évolution des plantes en dehors de leur habitat naturel ou encore la quête de plantes encore inconnues jusqu’ici.

Château de Boechout ©DLi

Pour satisfaire à sa mission de préservation de la biodiversité, le jardin dispose encore d’une banque de graines. Y sont recensés quelque 900 échantillons de semences d'espèces représentatives, rares ou en voie de disparition des différentes régions belges, 2100 espèces de haricots sauvages et 800 espèces de végétaux vivants aux abords des mines de cuivre du Katanga. " Avant toute exploitation minière, nous partons prélever des semences de ces plantes ", explique Steven Dessein. Une fois, l’exploitation terminée, ces semences sont réintroduites dans un objectif de phytoremédiation. " Sans ces plantes, ses sols remplis de cuivres ne se fixent plus, se retrouvent dans l’air, dans l’eau polluant rivières, poissons et donc contaminant l’homme ".

 

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content