Jamais les banques n'ont dénoncé autant de clients

©Frank Toussaint

Plus de 8.600 déclarations ont été introduites auprès de la cellule anti-blanchiment l’an dernier.

L’an dernier, les banques ont signalé 8.662 transactions ou comptes suspects, à l’insu des clients impliqués. C’est ce qui ressort du nouveau rapport annuel de la cellule anti-blanchiment. Par comparaison, il y a six ans ce nombre n’atteignait même pas la moitié du chiffre actuel: 3.831 dossiers.

Cette augmentation de dénonciations a permis à la cellule anti-blanchiment d’ouvrir un nombre record de dossiers l’an dernier: 9.360, au lieu de 8.329 un an plus tôt. En outre, les dossiers qui ont abouti au tribunal pour enquête approfondie proviennent en grande majorité des déclarations faites par les banques. Pas moins d’un million d’euros sur les 1,146 million d’euros suspects dans ces dossiers avaient été dénoncés par les banques.

"Ces chiffres montrent le rôle crucial du secteur financier dans la lutte contre le blanchiment."
Isabelle Marchand
porte-parole de Febelfin

La cellule anti-blanchiment a reçu en tout, l’an dernier, 27.264 déclarations relatives à des flux d’argent suspects, susceptibles de révéler du blanchiment d’argent provenant de crimes, voire de financement du terrorisme. Seuls les agents de change ont battu le chiffre des banques, avec 9.392 dénonciations, en diminution toutefois par rapport aux années précédentes. Les autres dénonciateurs d’importance étaient bpost (1.118) et les notaires (1.049).

"Ces chiffres montrent le rôle crucial du secteur financier dans la lutte contre le blanchiment", réagit Isabelle Marchand, porte-parole de Febelfin. Davantage d’attention est portée sur les transactions suspectes, mais les banques ne se plient pas pour autant à la légère à leur obligation de les signaler. Les chiffres le prouvent: 90% des dossiers qui aboutissent au tribunal proviennent des déclarations des banques. Elles ne signalent donc que les cas comportant de sérieux indices de blanchiment d’argent. Elles procèdent à des enquêtes préalables, sinon elles iraient à l’encontre de leur devoir de discrétion."

La cellule anti-blanchiment a pu présenter 831 dossiers au tribunal, principalement pour escroqueries (pour 186 d’entre eux). Ce sont surtout les dossiers liés au terrorisme qui ont été présentés en plus grand nombre à la Justice: 112 l’an dernier, contre 75 en 2015 et 37 seulement en 2014. La cellule anti-blanchiment indique du reste qu’au cours de l’enquête suite aux attentats de Paris et de Belgique, d’importantes avancées ont pu être réalisées grâce à la piste de l’argent.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect