La Belgique attire toujours les riches Français

Bernard Arnault, CEO de LVMH. ©AFP

Un dixième des 100 Français les plus riches détient 10 milliards d’euros en Belgique. Le patron de LVMH, Bernard Arnault, reste à la tête de ce classement.

Un peu plus d’un dixième des 100 Français les plus riches repris dans le classement établi annuellement par le magazine français Challenges possèdent pas loin de 10 milliards d’euros en Belgique. Comme souvent dans ce genre d’exercice, il convient de tempérer ce résultat en précisant qu’il s’agit de capitaux et de fonds propres de toute une série de holdings dans lesquels ces Français ont un intérêt. Il n’empêche, l’attrait qu’exerce la Belgique sur les grosses fortunes françaises reste réel, malgré le taux sensiblement rabaissé des intérêts notionnels. Dans ce classement des Français les plus riches établi pour l’année 2016, Liliane Bettencourt reste toujours la mieux lotie et occupe la première place du podium. Mais d’après nos recherches, l’héritière de L’Oréal ne détient pas de holdings ou de sociétés en Belgique.

Bernard Arnault en tête

Il y a quelques petites différences à relever par rapport à l’exercice auquel nous nous étions livrés il y aura bientôt trois ans. Une bonne partie des 9 milliards d’euros de capitaux que nous avions détectés en 2014 dans la galaxie des sociétés installées en Belgique par Bernard Arnault, l’homme d’affaires à la tête de l’empire du luxe LVMH, a filé. D’après nos nouveaux calculs, les sociétés avec lesquelles nous avons pu établir un lien direct avec Bernard Arnault (2e fortune française, selon Challenges) ne détiennent "plus que" 3,3 milliards d’euros en Belgique. Cela se fait via la société Pilinvest, qui a été scindée en deux entités distinctes dont l’homme d’affaires est chaque fois le gérant: Pilinvest Participations, avec un capital de 2,7 milliards d’euros, et Pilinvest Investissements, avec un capital de 670 millions d’euros. Ce n’est pas tout, bien entendu. Pour ne citer que celle-ci, LVMH Finance Belgique affiche un capital de 4,1 milliards d’euros, mais elle ne présente aucun lien direct avec Bernard Arnault, même si celle-ci a été créée par Ufipar SAS et Sofidiv SAS, deux sociétés émanant de la galaxie LVMH.

€ 10 milliards
C’est la fortune détenue en Belgique par un peu plus d’un dixième des 100 Français les plus riches repris dans le classement du magazine Challenges.

À la troisième place du classement publié par le magazine français, on retrouve Gérard Mulliez, le fondateur de la chaîne Auchan, et sa famille. Tous les Mulliez ne sont pas présents en Belgique (sachant que l’Association familiale Mulliez compte environ 650 membres), mais une partie du clan a trouvé ses aises à Néchin, la commune du sémillant Daniel Senesael. C’est tellement vrai que la rue Reine Astrid est souvent appelée la "rue Mulliez".

Là aussi, il y a du changement. Lors de notre enquête en 2014, nous avions remonté la piste de la société L’Gere Investissement, une société des Mulliez, logée à Boitsfort et forte d’un capital de 932 millions d’euros. Cette société a été dissoute le 12 juin 2015 par fusion dans la société Ganemede Belgium (à Tournai), cette dernière n’étant dotée que d’un capital de 195 millions d’euros. Bon, pour être tout à fait complet, il faut noter que cette entité recentrée affiche 716 millions d’euros de fonds propres. Pas de souci à se faire pour la famille des fondateurs d’Auchan, de Decathlon ou de Kiabi, pour ne citer que quelques-unes de leurs réussites. Si l’on ne table que sur les capitaux des sociétés rapportant aux Mulliez, on obtient 620 millions d’euros. Si on se tourne vers les fonds propres, on dépasse allègrement le milliard d’euros!

Top 10

En descendant dans les arcanes des actes officiels des sociétés, on peut remonter la piste de l’avionneur Serge Dassault. Bien entendu, le groupe français est présent en Belgique pour le business, notamment par le biais de la Société anonyme belge de constructions aéronautiques (Sabca), dont il est actionnaire majoritaire. C’est peut-être ce qui explique la présence, à Etterbeek, de Dassault Aviation Belgique, une société anonyme dotée d’un capital de 75 millions d’euros, dont les activités portent sur des transactions immobilières, sur l’établissement de sièges sociaux et sur la construction aéronautique et spatiale.

Bernard Arnault, la famille Mulliez et Serge Dassault, voilà les trois "champions" issus du top 10 du classement établi par nos confrères français. À eux trois, ces entrepreneurs ont placé, d’une manière ou d’une autre, près de 4 milliards d’euros en Belgique.

Le client suivant n’est pas n’importe qui et nous l’avions déjà épinglé lors de notre enquête précédente. Il s’agit d’Emmanuel Besnier, un homme d’affaires à la tête du groupe laitier Lactalis, un géant en son domaine. S’il a perdu deux places au classement Challenges (11e en 2013, 13e en 2016), Monsieur Besnier reste un "poids lourd" des fortunes françaises venues chercher l’air pur de la Belgique. Il reste administrateur du holding BSA International, une structure dotée d’un capital de 1,7 milliard d’euros. Seul fait notable depuis notre dernier coup de sonde, le holding en question a déménagé d’Ixelles vers Anderlecht.

Du lait, on passe à la pub et au mobilier urbain avec la famille Decaux. Et tout comme la dernière fois, c’est Jean-Sébastien Decaux, le plus jeune fils du fondateur du groupe actif dans l’affichage public, qui émerge de nos recherches. Et si ce dernier a déménagé d’Uccle à Milan, en Italie, il est toujours gérant du Holding des Dhuits, situé à Ixelles et doté d’un capital de 110 millions d’euros.

"Usual suspects"

En descendant un peu plus dans le classement Challenges, en 23e position, on tombe sur Robert Peugeot, l’un des héritiers de la dynastie, membre du comité exécutif de PSA Peugeot de 1998 à 2007. En Belgique, il est, depuis le 7 mai 2015, administrateur du holding Sofina, qui a récemment fait son entrée dans le Bel 20.

Dix places plus loin dans le classement des Français les plus riches, on tombe sur Gilles Martin. Avec son frère Yves-Loïc, les deux hommes sont à la tête d’Eurofins Scientific, un groupe de laboratoires d’analyse actif dans l’agroalimentaire. En Belgique, Gilles Martin est administrateur d’Eurofins GSC Finances, une société anonyme dont l’objet est le conseil pour les affaires et autres conseils de gestion. Quelques différences également pour la famille Martin depuis notre enquête de 2014. La famille a grimpé de onze positions dans le classement Challenges, passant de 44e à la 33e place. Un bond qui se ressent dans le capital de leur structure belge qui, en quatre augmentations de capital entre le 24 décembre 2014 et le 23 décembre 2016, est passé de 275 millions à 717 millions d’euros.

Il nous reste encore à balayer quelques "usual suspects" pour arriver à notre montant de dix milliards de fonds placés en Belgique. C’est notamment le cas de Laurent Burelle, le PDG de Plastic Omnium, présent chez nous via la Compagnie financière de la cascade et Sogec 2, une SPRL et une SA totalisant 27 millions d’euros de capital. Domicilié à Uccle, Jacques Bouriez, le président de Louis Delhaize-Compagnie franco-belge d’alimentation, vient compléter le wagon des Français de Belgique.

Présente en Belgique vie la Financière Rémy Cointreau, la famille Hériard-Dubreuil (groupe Rémy Cointreau) répond présent également, avec 745 millions d’euros de fonds propres. Paul-Georges Despature, un des héritiers du groupe Damart, Jean-Pierre Savare, à la tête d’Oberthur Financière, Frédéric Gervoson (Andros) et Gérard Teychené (Financière Teychené) bouclent cette descente parmi les Français les mieux nantis ayant jeté leur dévolu, souvent pour des raisons financières, sur notre plat pays. Un placement à dix milliards d’euros.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés