La richesse des Belges s'élève à 1.063 milliards d'euros

©BELGAIMAGE

Le patrimoine financier net des Belges a progressé de 6,2 milliards d'euros au quatrième trimestre 2017.

Au cours du quatrième trimestre de l'année 2017, le patrimoine financier net des particuliers en Belgique a progressé de 6,2 milliards d'euros pour atteindre 1.068,9 milliards d'euros au 31 décembre 2017. C'est ce que montrent les nouveaux chiffres de la Banque nationale.

Cet accroissement de la richesse financière des particuliers au cours de la période résulte de variations positives de prix (+5,7 milliards d'euros). Les transactions financières nettes ont également été positives au quatrième trimestre 2017 (+0,5 milliard).

Comme chaque fin d’année, les placements en dépôts à vue et d’épargne ont suivi une tendance positive (de respectivement +1,8 milliard d'euros et +1,7 milliard). Les placements en produits d’assurance ont connu une hausse (+2,1 milliards d'euros) après deux trimestres de suite en diminution.

Par contre, les souscriptions nettes en parts de fonds d’investissement ont été négatives pour le deuxième trimestre d’affiliée (-0,4 milliard). Les particuliers ont également été vendeurs nets de titres de créance (-1,7 milliard) ainsi qu’en actions cotées (-0,8 milliard), essentiellement étrangères.

Réforme de l'Isoc

Fait marquant en cette fin d’année 2017, les particuliers ont réduit fortement leurs participations en actions non cotées et autres participations (-3,1 milliards) au quatrième trimestre 2017. Ceci pourrait être expliqué par la réforme de l’impôt des sociétés, qui modifie la taxation sur les réductions de capital à partir du 1er janvier 2018.

Par ailleurs, les entrepreneurs, actionnaires au sein de PME ayant bénéficiés en 2013 de la mesure transitoire concernant la hausse du précompte mobilier (de 10 à 25% en 2013) sur les bonis de liquidation (article 537 du Code des impôts sur les revenus), semblent avoir significativement procédé à des réductions de capital.

Les nouveaux engagements financiers des particuliers ont progressé de +2,3 milliards pour atteindre un encours de 278,6 milliards d'euros au 31 décembre 2017. Ce sont les crédits hypothécaires (+3,3 milliards) qui expliquent cette hausse ainsi que dans une moindre mesure les autres crédits à long terme (+0,3 milliard).

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content