Laurette Onkelinx: "passionnée, travailleuse et authentique"

©BELGA

Ils n'iront pas jusqu'à regretter sa ténacité, mais les opposants politiques de Laurette Onkelinx sont nombreux à avoir souligné son caractère passionné.

Une page se tourne pour Laurette Onkelinx, qui quittera la vie politique active à l'horizon 2019. Et au cours de sa carrière de près de 30 ans, elle a tenu tête à de très nombreuses personnalités du monde politique belge qui aujourd'hui saluent ses compétences et son engagement.

"Laurette Onkelinx est une adversaire politique respectée. Elle connaît ses dossiers, sait conclure des compromis et défendre ses positions avec force", a affirmé le chef de groupe de l'Open Vld à la Chambre, Patrick Dewael qui a connu Laurette Onkelinx en tant que partenaire de coalition et en tant que figure de proue de l'opposition. "Au début de la législature, elle a quelque fois 'surréagit', mais elle a rapidement trouvé le bon ton", a-t-il déclaré, en soulignant qu'elle suscitait le respect de ses amis, mais aussi de ses ennemis.

Le chef de groupe Groen à la Chambre, Kristof Calvo, a affirmé que Laurette Onkelinx lui manquerait. "Sur le PS bruxellois, il y a beaucoup de choses à dire, mais j'ai appris à connaître Laurette Onkelinx comme une collègue authentique et passionnée", a-t-il commenté sur le réseau social Twitter.

David Clarinval, le chef de groupe MR à la Chambre, a décrit Laurette Onkelinx comme "une femme de conviction, défendant ses positions avec beaucoup d'ardeur, une négociatrice difficile mais correcte et respectant sa parole". Il s'attend encore à de "beaux débats" avec son homologue socialiste d'ici son départ.

Le député européen Guy Verhofstadt (Open VLD) s'est souvenu de "neuf années intenses" lorsqu'il était Premier ministre avec Laurette Onkelinx notamment comme vice-première ministre. "Jamais un moment ennuyeux. Nos avis divergeaient plus qu'ils ne convergeaient, en particulier sur le budget, mais finalement il y avait toujours un compromis réalisable."

La cheffe de groupe du sp.a à la Chambre, Meryame Kitir, estime que son homologue francophone Laurette Onkelinx a pris une "décision courageuse" et pose "un geste fort en laissant la place aux jeunes". Elle a salué la conviction avec laquelle Laurette Onkelinx défendait ses dossiers et sa capacité de travail. "Tout le monde ne sait pas quand il faut s'arrêter", a-t-elle ajouté.

Le président du parti socialiste, Elio Di Rupo, respecte le "choix personnel" de Laurette Onkelinx, a-t-il indiqué sur Twitter. Il souligne "sa présence et sa force de conviction" qui seront encore utiles pour l'échéance de 2019. 

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content