Le bitcoin star à Gand: prudence

©Bloomberg

La FSMA et la BNB mettent en garde contre les dangers de l'argent virtuel. Elles réagissent à l'initiative "Gent Bitcoinstad", lancée ce samedi 18 avril à Gand.

L'Autorité des services et marchés financiers (FSMA) et la Banque nationale (BNB) remettent en garde, plus d'un an après leur premier avertissement du genre, contre les risques liés à l'argent virtuel, rappelant que les monnaies virtuelles (comme le bitcoin, créé en 2009) ne sont pas des moyens de paiement légaux ni même une forme d'argent numérique.

©REUTERS

La FSMA et la BNB rappellent que les monnaies virtuelles ne constituent pas un moyen de paiement légal, ni une forme d'argent numérique et qu'il n'existe ni contrôle financier ni surveillance de l'argent virtuel.

Elles réagissent notamment suite à l'annonce de l'initiative "Gent Bitcoinstad", ce 18 avril.

· Près de 20 commerces gantois acceptent actuellement les paiements en bitcoins. Un succès dû notamment à l'intérêt grandissant pour ce moyen d'échange mais aussi aux bénévoles de l'association "Gent Bitcoinstad". Le 18 avril, ils organisent une soirée d'inauguration.

• Le problème: La BNB et la FSMA estiment que les risques inhérents à l'achat d'argent virtuel sont importants.

Depuis décembre 2013, le bitcoin a perdu 80% de sa contrevaleur en euro.

Ainsi, la plate-forme de négociation ou le porte-monnaie électronique peuvent être piratés; la fiabilité opérationnelle - en particulier le risque de fraude - de tels systèmes n'a pas encore été évaluée de manière formelle par les autorités de contrôle et la fluctuation du taux de change de l'argent virtuel peut entraîner d'importantes pertes financières. En effet, "depuis décembre 2013, le bitcoin a perdu 80% de sa contrevaleur en euro", rappellent les deux institutions.

De plus, les placements en argent virtuel ne bénéficient pas de la protection jusqu'à 100.000 euros qui entoure l'argent placé sur un compte d'épargne ou en bons de caisse ou sur des comptes à terme.

La BNB et la FSMA tiennent pour preuve des risques inhérents aux monnaies virtuelles la disparition soudaine de Mt Gox, une des principales plate-formes d'échange de bitcoins.

©REUTERS

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content