Le personnel de RTL s'étonne des propos de Philippe Delusinne

Philippe Delusinne, patron de RTL. ©Photo News

Pour le CEO de RTL Belgium, la fin de la phase 1 de la procédure Renault est imminente. Elle prendra des mois s’il le faut répondent les syndicats.

Il y a de la friture sur la ligne entre la direction de RTL Belgium et les syndicats. Dans un message adressé au personnel mercredi, dans le cadre du plan de transformation #evolve, le CEO Philippe Delusinne invitait celui-ci à boucler au plus vite la première phase de la procédure Renault, consacrée à l’information des travailleurs.

Il évoquait une fin imminente de cette phase, d’ici 2 à 3 semaines. "Le temps joue contre nous. Un enlisement des discussions entraînerait inévitablement une dégradation additionnelle de notre situation et serait de nature à freiner les investissements des annonceurs", indiquait-il. Ces propos ont fait bondir le personnel.

"Nous avons rappelé que cette phase 1, dont la durée n’est pas limitée par un calendrier, se terminera le jour où nous aurons reçu toutes les réponses à nos questions, ce qui n’est absolument pas le cas aujourd’hui."
Les syndicats

Dans un communiqué aux travailleurs diffusé à l’issue du 6ème conseil d’entreprise extraordinaire ce jeudi, et dont nous avons pris connaissance, leurs représentants ne cachent en effet pas leur étonnement: "Nous avons rappelé que cette phase 1, dont la durée n’est pas limitée par un calendrier, se terminera le jour où nous aurons reçu toutes les réponses à nos questions, ce qui n’est absolument pas le cas aujourd’hui", indiquent-ils.

L’un d’entre eux précise: "S’il le faut, la phase 1 pourrait encore durer des mois." Les représentants du personnel ajoutent ceci: "Nous ne porterons à aucun moment la responsabilité d’un quelconque impact sur les investissements des annonceurs, comme l’affirme Philippe Delusinne. La suppression de 105 emplois, le plan Renault, c’est le choix de la direction, pas le nôtre, nous n’en sommes que les victimes."

Quant au conseil d’entreprise de ce jour, la réunion a été constructive, a indiqué Yves Flamand, secrétaire permanent au Setca: "Nous avons obtenu des réponses concrètes à certaines questions, il y a donc un peu de progrès", a-t-il indiqué.

Pas suffisamment toutefois pour lever le préavis de grève déposé la semaine dernière. Le prochain conseil d’entreprise a été fixé au 9 novembre.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content